Balkans: la Serbie joue la Russie pour mieux faire pression sur l'Europe

Par , et et Simon Rico

L'élection de Donald Trump peut aussi changer la donne dans les Balkans. Tout comme le Monténégro, la Serbie met en scène une alliance avec la Russie pour mieux faire pression sur l'Union européenne et l'Otan. Officiellement attachée à sa neutralité militaire, Belgrade excelle dans l’art de jongler avec les rivalités des puissances et profite d'un effacement américain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En décembre 2016, le premier ministre serbe, Aleksandar Vučić, est reparti de Moscou avec un chariot bien rempli. La Russie va fournir à la Serbie six avions de chasse Mig29, des tanks T-72S et des véhicules de reconnaissance BRDM. Alors que les modalités de paiement sont toujours inconnues, les capitales des Balkans s’inquiètent de cette nouvelle course aux armements dans la région. Quelques jours plus tard, la Croatie confirmait une commande d’hélicoptères américains Black Hawk. Depuis deux ans, les deux pays voisins sont redevenus d’excellents clients pour les pays exportateurs d’armes. Et si la Croatie ne regarde qu’à l'ouest, la Serbie affiche la volonté de diversifier ses fournisseurs. Quelques jours après le marché conclu à Moscou, le ministère serbe de la défense annonçait l'achat de neuf hélicoptères de combat Airbus X-145 M.