Au Maroc, les ONG en viennent à regretter Hassan II

Plusieurs ONG publient un rapport accablant pour les autorités marocaines. On y découvre l’ampleur des entraves du régime pour domestiquer les associations de défense des droits humains, qu’elles soient marocaines ou étrangères.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Même sous Hassan II, on travaillait mieux. » Ancienne présidente de l’association marocaine des droits humains (AMDH), figure de l’opposition au régime marocain, rompue aux pressions et intimidations, Khadija Ryadi regretterait presque le père au fils tant il est devenu difficile sous le règne de Mohammed VI de militer au Maroc pour le respect des droits les plus élémentaires sans se heurter à l’arbitraire et à la répression des autorités. « Nous vivons une véritable régression. Les dix dernières années de Hassan II étaient meilleures ! Il y avait un petit espace de liberté, de débat qui s’était créé après la libération des prisonniers. Le ministre de l’intérieur ne veut même plus recevoir les lettres de l’AMDH alors que sous Hassan II, elles l’étaient ! », témoigne la militante alors que l’observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains, un partenariat entre la FIDH et OMCT, le réseau mondial contre la torture, publie ce jeudi 25 janvier un rapport accablant pour les autorités marocaines.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Violences sexistes et sexuelles — Enquête
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Asie et Océanie — Analyse
par François Bougon
Transparence et probité — Enquête
par Martine Orange
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Un magistrat ordonne la censure préalable d’une enquête de Mediapart
Saisi par l’avocat de Gaël Perdriau, le président du tribunal judiciaire de Paris a fait injonction à Mediapart de ne pas publier de nouvelles révélations sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne, après celles du chantage à la sextape. Cette censure préalable, décidée sans débat contradictoire, est une attaque sans précédent contre la liberté de la presse.
par Edwy Plenel
Climat — Analyse
Jets de peinture et de soupe sur les œuvres d’art : « Ça vous choque ? Tant mieux ! »
Statue aspergée de peinture ce vendredi à Paris, jets de soupe et collages de mains ou de visages sur des tableaux : depuis des mois, des activistes du climat perturbent les grands musées internationaux. Est-ce si ridicule, alors que les gouvernements continuent d’échouer à mener les politiques nécessaires ?
par Jade Lindgaard
Protection de l’enfance : une mission sacrifiée — Enquête
Enfants maltraités mais obligés de patienter : les sacrifiés de la République
Bien que la justice ait identifié un danger au sein de leur famille, des centaines d’enfants sont laissés sans protection, à cause d’une pénurie de personnel et de places en foyer. Un phénomène dont les pouvoirs publics ignorent eux-mêmes l’ampleur. Mediapart a mené l’enquête pour la Journée internationale des droits de l’enfant, ce 20 novembre.
par Hugo Lemonier
Numérique — Analyse
Les géants du numérique redescendent sur terre
Pour la première fois, Google, Amazon, Facebook et consorts se heurtent au mur de la réalité. Confrontés à un retournement économique, leur réponse est semblable à celle des acteurs de l’économie traditionnelle : des licenciements massifs pour diminuer les coûts et plaire aux financiers. 
par Martine Orange