En Grèce, après les négociations à Bruxelles, tout reste à faire

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Concernant les surendettés un petit voyage France où un excellent travail est fait dans ce domaine par les équipes de la Banque de France, sans qu'on en parle jamais.

Merci de développer car votre commentaire touche beaucoup de surendetté(e)s.

sans qu'on en parle jamais.

Parlez-nous en!

Il ne fauX pas tout attendre des Médiaparticules. 

 

Pour l'instant, le résultat pour le Peuple Grec est en-dessous du deçà promis.

Charles !

(surnommé Pierre car JlmC a dit "Pierre, tu es pierre et sur toi, je bâtirais mon église Folle De Gogomunistes).

c est surrrr Francois aurait fait mieux lui qui a tenue toutes les promesse de 2012 .moi je salue le courage du nv gouvernement  Grèc qui lui c est battue ,contre les hiène de brussel.

http://www.okeanews.fr/20150225-nous-avons-besoin-de-temps-et-nous-ne-pouvons-pas-revenir-en-arriere

 

http://www.okeanews.fr/20150225-la-presidente-du-parlement-annonce-la-constitution-dune-commission-daudit-de-la-dette

 

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150225trib12bafc0cd/projet-de-reformes-en-grece-un-adieu-a-la-logique-de-la-troika.html

 

bien sur que l'on en parle jamais ... puisqu'après 2 ans de gel des dettes si pas solvable les dettes sont annulées tout simplement

cela risquerait de doubler ou plus le nombre de dossiers , surtout ces temps - ci !

Rigolant

++++++++++++++++++++++++++++

Très difficile de lutter contre la mafia bancaire arme lourde des multinationales surtout quand elle est à la tete de l'UE et de la BCE.

Libre circulation des capitaux, donc pourquoi pas créer une banque nationale grecque ou l'on déposerait notre argent au lieu du CA, de la Société Générale, de la BNP et consort !ou simplement un petit livret A, ahahaha !!!

Nikos Voutsis: »On avance avec la majorité de la population face aux grandes difficultés »

Interview avec le Ministre de l’Intérieur du gouvernement grec donnée à l’Adamos Zahariades

http://syriza-fr.org/2015/02/27/nikos-voutsison-avance-avec-la-majorite-de-la-population-face-aux-grandes-difficultes/

Créer une banque ? pardi ! Encore faut-il pouvoir le faire !!!!!!!!!! surtout si vous voulez faire une banque qui défende des valeurs qui ne soient pas essentiellement marchandes ! demander à la Nef , ils vont vous dire le reste !

Le système est ficellé , corseté de toute part ! On ne touche pas au grisbi ! Derriere les Eurocrates, Bruxelles, le FMI, la BCE , tous les partis , les journalistes et autres experts "chiens de garde"( on ne les nommera pas , ce serait trop long , mais certains se reconnaitrons!)  etc.... c'est ce à quoi sont confronté Syrisa et le peuple Grec ... et tous les peuples en définitive!

Le gouvernement de Bruxelles et son mentor : l'allemagne font chier !!! C'est clair ??  Leur austérité : on en a rien à foutre ! L'Europe a connu les chambres à gaz... Que ces gouvernements français aillent se faire se foutre avec ce gros tas de merde puante ... Ca va chauffer : c'est sûr...

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

je suis pour le front de gauche, je suis pour la Grèce, je suis contre ce système complètement pourri !!

Les politiques sont devenus des politicars qui veillent à leur siège ; certainement pas des personnes accompagnées d'un grand idéal  humaniste ! Le drame est que toutes les politiques amenées par les présidents français successifs a conduit à une impasse dominée par le pognon ! Le drame est que la base ouvrière n'y entrave que dalle ! Le drame est le désarroi de toute une population ! Le drame est l'ignorance de ce qui se passe !!! A défaut d'avoir écouté Mr Mélenchon très largement, la souffrance ira vers le FN  !!

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Je recommande malgré le manque du correcteur d'orthographe!!Clin d'œil

Affligeant ! De tels propos dans un média. Vous n'avez pas de place ici.

 

Je vous ferais remarquer (peut-être êtes vous l'alerteur) que le commentaire de mon agresseur a été AUSSI supprimé par la Rédaction de Médiapart.

Ce qui vous semble ma défaite est mon humble réussite.

Surpris

de toutes les façons possibles

Oui, lesquelles ?

 

**Très bon résumé de ce que dit la lettre de Varoufakis transmise à l'eurogroupe et acceptée par ce dernier comme "suffisante" pour permettre de commencer à discuter sérieusement, ce qui ne signifie pas qu'elles sont acceptées telles qu'elles..**

 

Fameuse lettre rédigé par Declan Costello..et non pas par Varoufakis ; qu'ils se sont empressés d'accepter (évidement) comme base de travail.

La lettre a évidemment fait l'objet d'une co-écriture dans la journée de lundi..

En allant passer vos vacances en Grèce plutôt qu'aux sports d'hivers ruineux :)

 

déjà individuellement ,dans notre entourage familiale ,sur les lieux de travail (ne pas fermer sa g....) ,s'informer pour argumenter ,participez à des réunions aux travers d'associations et diffusez ,débattre . ne pas courbé l'échine RESISTE quoi.

des milliers de gens sont dans la bataille idéologique  . faîtes un effort et vous retrouverez de l'espoir et de l'énergie et ne comptons pas sur les médiacrates pour nous soutenir .

agissons positivement.

Oui, comment?

 

Autrement qu'en assistant à un match où l'on critique le jeu du partenaire faible qui manquerait de courage, en désignant le véritable ennemi de l'Europe, des peuples, de l'humanisme, autrement qu'en acceptant sans broncher une règle du jeu déséquilibrée, autrement, par exemple récent, que le gouvernement français qui sort triomphant de l'examen. "Nous avons volé trois ans ! " , dit l'élève de maternelle qui ainsi reconnait à la fois l'autorité incontestable de la maitresse et le bien fondé de la règle mais qui, filant doux, se réjouit d'avoir chapardé dans le paquet les bonbons rances qui restent dans le fond alors que, sous entendu explicite, l'él'ève contestataire à seulement quatre mois !  Félonnie, aveuglement, mépris de ceux qui souffrent ....!

+1

Soutenons Syriza pour rompre avec le néolibéralisme ! La rupture, ce n'est pas la collaboration, qui elle, est plutôt inquiétante.

La dernière réponse de Stathis Kouvelakis est ici.

Réponse au sophisme :

http://www.okeanews.fr/20150225-nous-avons-besoin-de-temps-et-nous-ne-pouvons-pas-revenir-en-arriere

+1 Syrisa doit tout faire pour s'attaquer à l'austérité, même si la Grèce doit sortir de l'Europe. Il n'est pas possible pour elle de pouvoir ménager la chêvre et le chou. Il faut que Syrisa aille au clache s'il le faut, les grecs n'ont plus rien à perdre, je pense. Si non Syrisa deviendra le FDG Français. Les Russes sont sûrement prêts à leur tendre la main.

Je pense aussi que Syrisa doit aller jusqu'au clash. Cependant, vu le peu d'empressement des gauches radicales européennes à oser remettre en cause l'euro et parler de souverainetés nationales  - et elles ont tort à mes yeux -, je comprends que Syrisa hésite. Et pourtant, il joue là son avenir (et celui de Podemos par la même occasion). Il est clair que les Russes doivent faire les yeux doux au gouvernement grec, et c'est de bonne guerre...

 

Les petits chantres de pensée libérale braient à l'unisson.

Peut-être est-ce plutôt la volonté primaire et réductrice de vouloir faire du buzz et accumuler les abonnements, qui pousse à cette surenchère des titres-catastrophes dans une presse francaise et occidentale peu inventive et certainement plus conformiste que complotiste pour la majorité...

 

Les journalistes n'ont aucune excuse. Nul n'est tenu d'écrire et publier. Encore moins d'écrire et publier n'importe quoi.

"Que signifie une réforme de la TVA, dans un pays où le taux de TVA est déjà l'un des plus élevés de toute l'Union européenne (23 %)"

Un des pb était plutôt que les commerçants faisaient une ristourne si on payait en liquide. Il faut que l'Etat grec fonctionne bien pour pouvoir payer les fonctionnaires. On ne peut pas les payer uniquement avec l'emprunt. Sinon, tout va foirer.

 Il faut que l'Etat grec fonctionne bien pour pouvoir payer les fonctionnaires. On ne peut pas les payer uniquement avec l'emprunt. Sinon, tout va foirer.

C'est quoi un fonctionnaire ?

Il existe des réponses à vos nombreuses questions sur le forum, dans ce cas bien précis : les fonctionnaires , dans la collection "pour les nuls"Clin d'œil

Ils ont cependant échappé à une augmentation du taux de TVA

Loui XIV a dit : "l'état : c'est moi" ! L'Allemagne semble vouloir être "le roi soleil" ! C'est reparti...

S'agissant de M. Le Pen, alors là je ne vous suis pas du tout, elle va dire que justement si Syriza échoue (ce qu'elle dira, et peu de gens auront l'impression du contraire ... je veux dire dans l'opinion des gens de bon sens ...) c'est justement parce que la Grèce n'est pas sortie de l'euro. Cela va sa passer excatement à l'inverse que ce que vous dites, et vous n'allez hélas pas tarder à vous en remdre compte ...

Ces spéculations sur le FN et la sortie de l'euro sont particulièrement stériles. Ce qui arrangerait le FN, ce serait que Syriza échoue, point barre. Sortie de l'euro ou pas...

 

En restant dans l'Euro, ils sont certains d'exporter à prix fort, à cause de la monnaie , ce qui fait rentrer des devises .

!!!

Au contraire, l'euro fort malmène la compétitivité des pays du Sud de l'Europe, ce qui privilégie les produits importés et détruit la production locale. Les exportations s'effondrent, la balance commerciale devient fortement déficitaire, jusqu'à ce que la récession induite finisse par faire baisser également la demande intérieure et donc les importations...

L'idée qu'il suffit d'augmenter les prix de vente pour gagner plus d'argent (ou augmenter le taux de change de la monnaie, ce qui revient au même) tient à peu près du suicide économique - sauf production de niche genre industrie du luxe, ce qui n'est pas le créneau de la Grèce.

 

Décidément no entiendo ces "déconseiller" surtout après une argumentation si claire... Décommander, dé-consommer, déprimer, déprécier, gueuler ou dégueuler, quelle misère !!

Le prix des salaires en Grèce est tellement bas, que le delta prix de revient /prix de vente est forcément élevé . Mais c'est vrai aussi que l'achat des matières premières qui se font en euro impacte le prix de revient . Mais comme beaucoup de matière première s'achète en dollars , tout se neutralise .N'oubliez pas que l'économie grecque si elle n'était pas plombée par la dette serait excellente , et pourtant ....combien de prédateurs se sont fait les choux gras !

Arrêtez de parler compétitivité en mélangeant salaire et taux de productivité . La compétitivité c'est surtout le temps pour créer un produit qui se mesure avec un autre de même qualité .Le prix de vente doit coller à celui du marché , donc tous les ratios qui le constitue, doivent être harmoniser entre eux ! Surtout les dividendes des actionnaires !

Je vous confirme que la Grèce et Syriza s'en sortiront que si ils harmonisent politique et économie sociale . Arrêtons les discours fatalistes ; oui, on peut , oui à Gauche on sait faire , il faut des guignols comme les sociaux démocrates pour ne pas le faire et tordre le bras des peuples !

Et vous applaudirez , si elle a raison ? La baudruche le Pen va faire pshitttt ...Son raisonnement ne tient pas . Regardez l'Angleterre , elle est dans l'Europe, mais pas dans l'Euro, elle tient parce que c'est une place forte boursière . Le PB de l'Europe et de l'Euro, c'est Merckel . Elle veut un Euro fort pour maintenir sa balance commerciale, et pour continuer à nous étouffer, car, elle vend à qui ? A nous ! Arrêtons de lui acheter des produits , et vous verrez que fera son exportation!

Avec les Le Pen, le PB c'est la faute des autres , elle ne propose que des mesures qui vont dans le sens de rejet , sans analyse pragmatique .Elles est libérale , comment fera t elle , pour contrer la finance ? Rien , elle dira, ils ne veulent pas ! C'est une grosse farce !

Mais c'est vrai aussi que l'achat des matières premières qui se font en euro impacte le prix de revient . Mais comme beaucoup de matière première s'achète en dollars , tout se neutralise

C'est entièrement faux. Si "tout s'égalisait", alors le taux de change des monnaies n'aurait aucun impact. Mais ce n'est pas le cas : par exemple, les Airbus et les Rafale se vendent beaucoup mieux avec un euro plus faible... nonobstant les matières premières utilisées pour leur fabrication. C'est aussi pour cela qu'avant l'euro, on laissait parfois la monnaie se dévaluer pour rééquilibrer la balance commerciale.

Arrêtez de parler compétitivité en mélangeant salaire et taux de productivité

Je n'ai parlé ni de l'un ni de l'autre. Nous parlons de l'influence du taux de change à salaire et productivité constant(e)s. Si vous voulez parler salaires et productivité, c'est une autre discussion.

Le prix de vente doit coller à celui du marché , donc tous les ratios qui le constitue, doivent être harmoniser entre eux

Franchement, vous devriez éviter de sortir ce genre d'affirmations sans queue ni tête...

 

OK avec vous sur le FN. Cependant, à gauche de l'échiquier politique, j'ai le sentiment qu'on écarte un peu vite qu'une sortie de l'euro fait désormais partie des hypothèses lucides et de plus en plus envisageables pour tout pays qui veut échapper à une déroute planifiée. Je suis quant à moi préoccupé de voir avec quelle culot et maestria le FN s'est emparé de ce thème. A leur égard, et toujours sur le thème de la sortie de l'euro, nous, gens de la gauche radicale, sommes bien souvent perçus par l'électorat comme des faiseurs de procès d'intention (bien que je sois personnellement convaincu du contraire). Nous y gagnerions en tout cas, à l'instar d'Aurélien Bernier, de Jorion, de Sapir, Lordon d'inscrire la sortie de l'euro dans nos débats.

'' C'est entièrement faux.'' Cela n'engage que votre appréciation . Vous  achetez en dollars certaines matières premières que vous convertissez en produits, vendus en dollars !C'est pour cela que je dis '' ça s'égalise '' Pour les rafales , mieux vaut éviter d'en parler, car comme vous avez pu le relever, on leur prête les sous pour qu'ils nous achètent . Nous paieront ils ?

 '' Franchement, vous devriez éviter de sortir ce genre d'affirmations sans queue ni tête...''

Franchement vous avez des accusations désagréables ; Lorsque vous faites fabriquer des produits en Chine ou ailleurs et que vous venez les vendre sur le territoire Français, vous le vendez à son vrai prix de revient ou au prix du marché Français ? Pourquoi les prix des voitures automobiles ont des prix différents à l'intérieur de la communauté  Européenne ? Pourquoi, les chemises ou autres fabriquées par des maisons Françaises dans les pays à faibles coûts de main d'oeuvre se vendent elles aux même prix que si elles étaient fabriquées en France ?

Pour la compétitivité, vous transportez le discours ambiant. La compétivité d'une entreprise c'est la relation de la valeur de son produit avec la même produit fabriqué par une autre boite . Vous pouvez avoir des couts de revient faible et ne pas être compétitif ! Si les actionnaires se soignent au passage !

 

Cela n'engage que votre appréciation

Non, le problème c'est que vous répétez les mêmes contresens en boucle, alors même que vous êtes manifestement incompétent en économie, et que vous ne cherchez pas à réfléchir aux arguments qu'on vous oppose.

Ce que j'ai dit ne tient nullement de l'"appréciation", cela tient simplement des mécanismes de l'offre et de la demande, qui sont solidement établis et avec lesquels n'importe quel économiste, orthodoxe ou hétérodoxe, sera en accord... De même que l'évolution des espèces ou les lois de l'attraction gravitationnelle ne sont nullement affaire d'"appréciation". Mais il sera difficile d'aller plus loin dans cette discussion, vu votre attitude.

(si vous êtes militant FDG - je sais que vous intervenez copieusement sur le blog de Mélenchon -, pensez à demander une formation à votre parti... pas pour écrire des slogans ou des communiqués, mais pour acquérir de vrais savoirs et être capable de comprendre le réel)

 

Clin d'œil Idéologie quand tu nous tiens !

Vous perdez votre sang froid, parce que votre idéologie vous égare . Que savez  vous de mes compétences en économie ? Vous parlez de l'offre et de la demande en transcrivant ce que les économistes disent ! Vous ne voyez décidément pas ce qui se passe entre marchands ! La libre concurrence est faussée . Combien d'entreprises se sont fait prendre pour entente illicite sur les prix ? L'offre et la demande n'est '' solidement  établi '' pourquoi ? et par Qui ?  Cette politique dégage le grand gâchis économique et écologique qu'il soit ! Produire pour produire, pour faire acheter ! Et si on ne vend pas, on jette, de toute façon le client paye le rebus ! Prenez conscience, allez dans les banques alimentaires, demandez de quelle façon la grande distribution est remboursée des produits qui leurs sont donnés et souvent avec des dates limites de consommation .

Ne vous en déplaise, mais la Grèce s'en sortira, parce que Syriza semble avoir compris qu'il faut unir la politique avec l'économie sociale . Ce ce qui est contraire aux raisonnements que vous prônez , où exclusivement la politique et la loi des marchés doivent diriger le social . C'est toute notre différence et elle est de taille . Pour argumenter , alors que vous , vous ne donnez que des sentiments, je vous conseillerez  d'aller voir ce qui c'est passé en Pologne, où, dans un passé récent en Afrique du Sud . Les dirigeants , on bafoué leur propre charte , et ont plié aux lois des marchés . Ce qui a fait capoter le projets issus de l'apartheid .

Vous êtes dans l'argumentaire des libéraux, et des experts économiques , que leurs dites vous de leur '' prévoyance des crises ? Ils n'ont rien vu venir ! Ils ont falsifié les comptes des Etats !

Je ne partage pas vos idées, et c'est tant mieux, mais n'est ce pas la Gauche radicale qui depuis très longtemps, trop longtemps, annonce le cataclysme économique ? Qu'en pense vos amis Attali et son boy Macron ?

Bla, bla, bla.

 

Vous voulez incarner la pansée unique ?  Vous avez raison, à bouts d'arguments , prenez votre courage à deux mains et fuyez !! Bon vent ...

 L'Austérité à perpétuité

A lire absolument , un excellent article de Serge Halimi 

http://www.monde-diplomatique.fr/2015/03/HALIMI/52699

The Reason Why The Eurogroup Rushed To Approve The Greek Reform Package?

https://static.mediapart.fr/sites/all/libraries/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/emotions/img/smiley-innocent.gif" alt="Innocent" title="Innocent" />, pas de différence entre la Grèce et l'Ukraine ?

Vous me direz...l'argent FMI/EU pour l'Ukraine paye l'armement...(même pas le gaz Russe pour sa population)..mais des armes. Alors..

Je pense que la Grèce, si elle veut rester la Grèce et non pas une colonie endettée..à plutôt intérêt de claquer la porte au nez de l'Europe. Le scénario est sérieusement envisagé à Bruxelles, et cela ne m’étonnerait pas si Syriza  organise, in fine, un referendum en Grèce sur sa sortie de l'Europe.

Seule, très seule la Grèce face à Merkel.
Le capitaine de pédalo s'est mis au garde-vous.

En regardant l'interview de JLM dimanche dernier dans l'émission C Politique de France 5, on apprend que d'après les dires même de Tsipras, sinon il n'en aurait pas parlé, c'est FH qui a le plus aidé le nouveau gouvernement grec depuis son accession au pouvoir...On ne peut soupçonner JLM d'une quelconque complaisance envers Hollande, alors la haine envers quelqu'un ne doit pas empêcher sinon l'objectivité, mais tout du moins de se renseigner avant de parler.

Ce commentaire vaut pour tous ceux qui sont à votre image

Sous les gouvernements de gauche, comme sous ceux de droite, la France a entretenu de très bons rapports culturels, voire politiques, avec la Grèce. Notre pays s'est conduit décemment pendant la dictature des colonels. Nous n'avons jamais été en guerre contre les Grecs, également. Et c'est une bonne chose, à l'évidence...

 

Cela me rappelle un discours.................gouvernemantal......................français.............

Me trompe-je?

La Grèce demande des négociations immédiates sur la restructurationde la dette :

La Grèce souhaite lancer immédiatement les négociations avec les prêteurs internationaux sur la restructuration de la dette grecque, a déclaré le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, aux médias locaux mercredi à Athènes.

Varoufakis : «À tout emprunteur irresponsable correspond un créancier irresponsable»

Mais quid, dans ce contexte, des contribuables européens dont les Etats détiennent une partie très importante de la dette grecque? «Je commencerai par leur dire qu'à tout emprunteur irresponsable correspond un créancier irresponsable. Avant 2010, des capitaux abondants ont engendré un tsunami de prêts prédateurs en Grèce. En 2010, les choses ont mal tourné et l'Europe a décidé de nous faire payer, à vous, à nous, les pertes du secteur financier». Mais «le poids qui repose sur les épaules du contribuable grec est tout simplement écrasant».

Le bilan des négociations dans l'article d'Amelie Poinsot contraste un peu trop avec celui du quotidien Le Monde.

En ce qui me concerne, je vois qu'il n'est plus question pour le gouvernement Syriza de renoncer a régler la dette grecque.

Et contrairement à ce qu'il affirmait auparavant, il ne renonce plus au 7 milliards d'euros du programme d'aide et conditionne par des réformes, qui avait été  antérieurement mis en place  a sa nomination.

 

J'espère que Syriza essaie seulement de gagner du temps, mais qu'il respectera le moment venu ses électeurs. Si non il deviendra le FDG Français.

C'est pas grave tout ça.

Ils n'ont qu'à faire comme Hollande : ils promettent des trucs à l'UE, histoire d'avoir 7,2 mds, et après ils appliquent une autre politique !

Et le tour est joué

L'Espagne élit son assemblée à la proportionnelle, ce qui implique pratiquement de passer des alliances. Sauf à ce que Podemos et Izquiera Unida dépassent 50% à eux deux, ça risque de ne pas être évident.

Bref le gouvernement grec n'a peut-être pas intérêt à spéculer là-dessus, surtout que les élections espagnoles auront lieu en décembre 2015, et il serait dangereux de laisser courir la situation jusque là.

 

Les critiques et les 5 questions au gouvernement de K. Lapavitsas, économiste et député Syriza

 

"Kostas Lapavitsas est professeur d’économie à l’Université de Londres et a été élu député Syriza lors des dernières élections. Dans un article publié sur son blog le 23 février, il critique les dernières négociations de son gouvernement avec les créanciers du pays et considère que cela ne va pas dans le sens des engagements pris lors du discours de Thessalonique qui présentait le programme économique en cas de victoire. Il pose également 5 questions importantes sur la dette, l’austérité, le Plan national de reconstruction et l’avenir des négociations."

http://www.les-crises.fr/les-critiques-et-les-5-questions-au-gouvernement-de-k-lapavitsas-economiste-et-depute-syriza/


Les Français se satisfont de la désinformation et regarder la barre de dents blanches de Bernard Arnaud après chaque reportage du 13 h de TF1 sur le camembert pané et les marchés de Provence suffit amplement à leur contentement. Car arriver au contentement est la vertu même, comme le disait Descartes.

Le discours fataliste chère septimaniaque. Les prédateurs sont propriétaires des journaux d'informations ! Allez réveiller ceux qui n'écoutent que la télé et le Figaro ou C/dans l'air !

Pendant ces élections, un gros travail est fait par La Gauche sur l'austérité, on verra !

Le FDG a raté le coche, a laissé un espace vide, que le FN s'est empressé de combler avec succès. Je me demande aussi comment le FDG a pu s'y prendre pour échouer de la sorte. Ceci dit, leur politique est assez proche (excepté l'immigration).

Tout sauf l'UMPS !!!!!! on a déja donné (pendant 40 ans)

Vous allez un peu vite, là... Un peu de précision ne serait pas du luxe...

 

J'allais referencer le meme reportage...

pour resumer le docu: comment une bande de mafieux experts organisent le pillage des biens publics au profit d'interêt privés, "essorent" les petites gens par les impôts et les diminutions de prestations sociales vitales. Dans un déni total de démocratie car ils ne sont ni élus ni contrôllés par des instances démocratiques.

l'Europe, cette énorme escroquerie...

Excellent documentaire

  • Nouveau
  • 26/02/2015 02:55
  • Par

Les Grecs sont nos cousins, il faut selon moi se montrer solidaires, car la merde antidémocratique nous touchent de plein fouet aussi en ce moment 

  • Nouveau
  • 26/02/2015 03:07
  • Par

Cette solidarité c'est l'Europe quelques part ... anti cons, anti racistes et anti anti (il faut le dire deux fois là .. ) et anti anti ( je le redis encore)  ...  car j'ai peur de mr bernard henry levy. Donc je dois être facho ... donc je la ferme. Pauvre France. ET vive la liberté d'expression ! Vive Charlie 

Bravo pour les deux articles du jour.

Petit rappel des faits, si j'ai bien compris.

1.  Le 22 janvier, juste avant les élections, la BCE rassure tout son petit monde en annoncant le rachat de dettes à hauteur de 60 milliards par mois.  Dans l'article qui suit, www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/22/le-bazooka-monetaire-de-la-bce-passe-au-crible_4561760_3224.html     

La bce sauve les banques privées.  La bce s'interdit de racheter de la dette grècque qu'à la hauteur de son poids et de sa participation dans la monnaie unique c-à-d 2.5%.

2.  Dès le 25 janvier, la bce organise un coup d'état contre la Grèce. (voir article mdp) effet immédiat, la banque centrale et les banques privées grècque sont les grands perdants. 

3.  Ne pas oublier qu'avant ces deux épisodes, le FMI annoncait l'arrêt de son plan "d'aide" à la Grèce, une semaine avant le scrutin.

Dans de tels conditions, le futur gouvernement Tsipras savait que rien n'arrêterait les technocrates néo-libéraux de Bruxelles.  C'est dans ce contexte que gagner du temps est primordial. Syriza est seul, les tensions au sein même de son mouvement est un pari fait par ceux qui compte sur son échec.

La Troïka tente d'étouffer dans l'oeuf toute vélléité contrecarrant ses objectifs.  Il n'y a pas d'alternative possible reste le slogan principal de sa politique. 

Echéance après échance, Tsipras joue la montre, il sait que seul, il ne peut pas grand chose.  Quatre mois et pas de programme chiffré, pour le moment, cela me semble jouable.  La lutte contre la crise humanitaire est très bien vu car elle a le mérite de mettre des mots sur le vécu actuel d'une population courageuse.

Pour la caste, tout va bien, que rien ne change !!!

Reste à savoir ce qu'a de "radicale" la dite gauche (qui, d'ailleurs, est constitué en part importante d'ex-socio-démocrates). Oui, je sais : elle se paye de mots.

 

Le vote prévu vendredi au Bundestag donnerait une large majorité à la poursuite du programme d'aide à la Grèce. Unanimité chez les députés SPD (193), Large majorité dans le camp CDU/CSU (280 pour, 22 contre et 9 abstentions (après un vote test dans le camp CDU/CSU).

(d'après Frankfurter Rundschau)

Très ambigüe, Mme Poinssot. D'un côté, elle aimerait bien enfoncer définitivement l'action du gouvernement, par idéologie pure. D'un autre, elle est obligée d'admettre que les citoyens grecs continuent à soutenir leur gouvernement, qui a sauvé l'essentiel. Sans aucun allié dans l'Euro-groupe, Varoufakis a obtenu le maximum de ce qui était possible. LES FAITS, chers journalistes, RIEN QUE LES FAITS! Cela vous est très difficile, je me demande qu'elle formation on vous donne dans vos foutues écoles....

vous êtes aveugle ??? ou complètement sous neuromanipulateurs ?? ou encore adepte de l'antithèse ???

elle aimerait bien enfoncer définitivement l'action du gouvernement, par idéologie pure.

C'est l'absolu contraire qui est dans l'article.

Les faits, rien que les faits : certes, maisc'est ce qu'il est reproché à la journaliste, qui ne tord pas assez les réalités dans le sens qui convient à la doxa de ceux des lecteurs qui déposent leurs messages à tire larigo sur le fil des articles suivant l'UE, la Grèce ou l'Ukraine...)

Cela étant, je suis tout à fait d'accord avec vous : leur gouvernement, a sauvé l'essentiel. Sans aucun allié dans l'Euro-groupe, Varoufakis a obtenu le maximum de ce qui était possible.

on ne peut pas demander à un pays de lutter contre la corruption, la fraudre fiscale ou évasion si dans nos propres pays ce sont déjà des coutumes courants. balayons d'abord devant notre porte svp...

on leur demander aussi de limiter voire arrêter les privilèges des élus, là encore prenons l'exemple de la France qui s'occupe très bien de ses élus (sarkozy par exemple qui a coûté quelques 2 millions d'euro....

occupons - nous d'abord de nos voleurs avant d'aller chercher d'autres voleurs ....si je peux les appeler ainsi...

Vous auriez mieux fait de rester en l'air !!Sourire

  • Nouveau
  • 26/02/2015 15:01
  • Par

Puissante et incontrôlée : la troïka | ARTE Mardi 24 fevrier A voir ou revoir encore pendant six jours:

http://www.arte.tv/guide/fr/051622-000/puissante-et-incontrolee-la-troika

Pour obtenir les prêts dont ils ont besoin pour faire face à la crise, les Etats européens doivent se soumettre aux exigences de trois institutions phares qui forment la troïka : le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne (CE) et la Banque centrale européenne (BCE). Voici une enquête édifiante sur le rôle controversé de cette troïka.

Cinq ans déjà que les États en crise de la zone euro vivent les affres du surendettement. Pour obtenir les prêts dont ils ont besoin d’urgence, il leur faut se soumettre aux exigences – les fameux mémorandums – de trois institutions phares qui forment la troïka : le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne (CE) et la Banque centrale européenne (BCE). Les mesures d’austérité qu'elles ont imposées n’ont jusqu’à ce jour pas eu les effets positifs escomptés, bien au contraire.

Ce sont des hauts fonctionnaires, agissant sans aucun contrôle parmementaire, qui prennent les décisions, que les gouvernements doivent ensuite exécuter. Pour mieux comprendre ce processus, le journaliste économique allemand Harald Schumann (auteur de Quand l'Europe sauve ses banques, qui paye ? diffusé par ARTE en 2013) s’est rendu en Irlande, en Grèce, au Portugal, à Chypre, à Bruxelles et aux États-Unis. Au cours de ce passionnant travail d’investigation, il a interrogé des ministres, des économistes, des avocats, des banquiers, des victimes de la crise, ainsi que le Prix Nobel d'économie 2008, Paul Krugman, qui explique pourquoi cette politique de restriction ne fonctionne pas.

 http://www.arte.tv/guide/fr/051622-000/puissante-et-incontrolee-la-troika

Très bon article, Mme Poinssot. Et pas de gras, en plus.

  • Nouveau
  • 26/02/2015 17:09
  • Par

L'éthique de la finance c'est ici :

http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=2281&ress=7533&video=147405&format=108

Après avoir gagné 4 mois en promettant tout ce que les Allemands voulaient entendre, la Grèce va devoir passer à l’acte d’ici juin. Et une grande partie de ses engagements tourne autour de la lutte contre l’évasion fiscale. Seulement voilà, les impôts en Grèce cela n’existe pas. Le gouvernement part d’une page blanche. Vraiment blanche. Selon le Wall Street Journal, à la fin de 2014, les Grecs devaient à leur gouvernement 76 milliards d’euros d’impôts, un quart de leur dette nationale. 76 milliards !

"selon le wall street journal", quelle référence !!!!

"les impôts n'existent pas en grèce" ????? demandez à ceux à qui on a coupé l'electricité ce qu'ils en pensent !!!

les impôts n'existaient pas en grèce pour l'église, pour les armateurs, enfin pour les riches, çà d'accord, ................

Le Pirée à venir?

Pour soutenir la Grêce dans ses mesures anti-austéritaires, aidons-la à percevoir son impôt!

Signons l'Initiative Citoyenne Européenne contre les sociétés écrans, lancée par la Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires (attac, oxfam, transparency international, anticor...)!

Ici le lien direct vers l'ICE: https://ec.europa.eu/citizens-initiative/REQ-ECI-2014-000009/public/index.do?lang=fr

Si vous ne l'avez pas  vu alors regardez l'excellent documentaire d'Arte  :

"Puissante et incontrôlée : la Troïka"

Une enquête édifiante sur la Troïka (FMI, BCE et CE) qui dicte sa politique économique à l'Union européenne alors qu'elle n'a reçu aucun mandat démocratique pour le faire ! C'est cela l'Union européenne et la zone  euro où tout est organisé pour qu'une minorité profite du système (multinationales, banques, politiciens complices et grandes fortunes) afin de maximiser leurs profits au détriment des classes populaires et moyennes !

http://www.arte.tv/guide/fr/051622-000/puissante-et-incontrolee-la-troika

Désolé de nager à contre-courant ! Le professeur Varoufakis est confronté à la réalité. Ses propositions sont très belles devant des étudiants, mais devant des ministres des Finances, elles ne pèsent pas lourd. Il serait temps que le gouvernement grec se montre responsable au lieu de lancer des anathèmes contre le Portugal et l'Espagne !

L’Édito du mercredi 11 mars 2015 : En France même, le filet bancaire se resserre, par Bruno Bertez

En attendant l’étau, puis la confiscation ; les dépôts bancaires ne sont plus de la monnaie. Ils méritent une décote. Le cash vaut plus que les dépôts !

http://www.crashdebug.fr/index.php/international/10294-l-edito-du-mercredi-11-mars-2015-en-france-meme-le-filet-bancaire-se-resserre-par-bruno-bertez

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale