Les limites de la reprise irlandaise

Par Sebastien Martin

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Dublin (Irlande). - Sous les énormes colonnes en pierre de la poste centrale de Dublin, une petite foule se presse. Comme ils s’y appliquent quatre soirs par semaine, Sinead Kane et ses amis de l’association Hope in the Darkness ont placé leur table pliante, mis en place une énorme marmite de curry, des biscuits secs et de l’eau chaude pour le café. Connaissant les lieux, les sans-abri affluent de façon ininterrompue pendant trois heures.