Pourquoi Washington veut asphyxier l’Iran

Plus que la Corée du Nord, c’est Téhéran qui est désigné comme l’ennemi n° 1 par les États-Unis. Fini, la politique tout en souplesse d’Obama. Place à une nouvelle stratégie qui repose sur une volonté de contrer la République islamique en Syrie et de l’asphyxier économiquement.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ce 19 novembre, Boukamal (ou Abou Kamal), le dernier grand bastion de l’État islamique en Syrie, près de la frontière irakienne, vient de tomber. Le chef d’orchestre de la bataille, le mythique général iranien Kacem Soleimani, pavoise aussitôt dans la ville. Non sans raison : plus qu’une victoire du régime syrien, c’est celle de Téhéran dont les forces le Hezbollah, les milices chiites irakiennes regroupées au sein de la coalition Hachd Al-Chaabi (Front de la mobilisation), la brigade chiite afghane des Fatimides, et les pasdarans (gardiens de la révolution) iraniens – ont permis la réussite de l’offensive. Non sans mal, puisqu’elle a coûté la vie à un général iranien. Mais le succès militaire est de taille : avec cette conquête, une nouvelle page stratégique s’ouvre pour la République islamique. Désormais, des convois peuvent aller des monts Zagros au plateau du Golan puisque l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban sont réunis via un long corridor terrestre qui traverse tous ces pays.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À travers l’Afghanistan, sous les talibans — Reportage
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Livres — Entretien
Comment les inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été « préservés »
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Politique — Parti pris
« Extrême gauche » à l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde
En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.
par Mathieu Dejean