Malgré un soutien toujours appuyé, les États-Unis s'éloignent lentement d'Israël

Par

Le désengagement du Proche-Orient initié par Obama, l'échec de la médiation de John Kerry et la nouvelle guerre à Gaza ont fait comprendre aux Américains qu'il devient de plus en plus difficile de soutenir Israël à tout prix. Le durcissement du ton employé par Obama dimanche 27 juillet en est une nouvelle preuve.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme le rappelle opportunément une série de sondages récents commentés par le New York Times dans son édition du jeudi 24 juillet 2014, les Américains continuent de soutenir majoritairement Israël, contrairement au reste du monde. Par exemple, 57 % des Américains interrogés entre le 18 et le 20 juillet estiment que Tel Aviv est dans son bon droit en entreprenant une action militaire contre le Hamas à Gaza. De la même manière, quand le Pew Research Center demande à des Américains où va leur sympathie dans le conflit entre Israéliens et Palestiniens, 51 % répondent en faveur des premiers et seulement 14 % en faveur des seconds, un chiffre qui ne varie que très peu depuis cinq ans que la même question est posée.