En Thuringe, la mémoire de la «révolution pacifique» hante les élections régionales

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Erfurt (Allemagne), de notre envoyé spécial.– C’est un rituel immuable qui a survécu à la disparition de la République démocratique allemande (RDA). Chaque jeudi, depuis près de 41 ans, dès que les cloches annoncent 17 heures, l’église Saint-Laurent d’Erfurt, en Thuringe, accueille une célébration œcuménique longue d’une vingtaine de minutes : la Friedensgebet, ou « prière pour la paix ».