Le Qatar utilise une ONG pour espionner ses rivaux

Par , Mathieu Martiniere et Robert Schmidt (We Report)
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Tiens, il n'y a pas que les russes qui espionnent les autres ??

  • Nouveau
  • 25/11/2018 13:00
  • Par
Il faudrait arrêter le Quatar-bashing. C'est tout de même le Quatar qui a traduit et diffusé en arabe l'important "Pour les musulmans" de l'excellent E Plenel !
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Tiens ! V'là le supporter Sergio, de l'équipe à Ben Salmane (Wahhabism Team), grande rivale des Frères Muz Erdogan et Al Thani comme chacun sait... Allez les Verts, mais lesquels ? innocent

Préalable à tout commentaire sportif du style « On refait le Match » : que le commentateur on duty veuille bien intercéder auprès de ses instances pour qu'elles exigent la libération immédiate de la militante saoudienne des droits humains Israa al-Ghomgham et de ses cinq camarades, menacé.e.s de décapitation dans les vestiaires salmanistes.

Procès en ce moment même, et selon une source à vérifier, la condamnation d'Israa à mort aurait été prononcée il y a 3 jour par le "tribunal" islamique, sans que ni la FIF, ni la FFF, ni son président, ni les journaux de sport en continu y trouvent à redire. Il nous reste à espérer que c'est une nouvelle fake new... Journalistes d'investigation, à vos loupes !

Question : les stars du ballon rond Antton Rouget, Mathieu Martinière et Robert Schmidt sont-ils parmi les 113 000 signataires de la pétition « Save Israa ! » ?

Sinon, je les y invite et les en conjure, il y a urgence ! Le supporter Sergio aussi.

Et si d'aventure, en pénitence de cet oubli tardivement réparé, nos trois gars du foot nous écrivent, toutes affaires cessantes, un article en Une qui 1) informe de cette affaire celles et ceux qui ont le droit de savoir, 2) exige la libération immédiate d'Israa et de ses camarades, et 3) interpelle le gouvernement Macron et ses supérieurs bruxellois... nous les absoudrons volontiers de ce léger disfonctionnement et accroc au du devoir d'informer, un péché véniel selon le Chanoine de Latran.

Faute de quoi la sincérité de l'arbitrage du match al-Qaïda (AQS) vs Daesh (ex AQI) perdrait en crédibilité. Et le bla-bla de Sergio aussi.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Poutine, petit bras, c'est ceux qui parlent le plus qui en font le moins. On ne sait rien de la Russie, ou alors vous avez peut-être des sources directes au FSB et dans ce cas éclairez nous !
Suis-je bête, vous seriez mort dans la seconde qui suit (par contre ça c'est vrai).

 

goupil

Exact ... Je suis en train d'agonir au polonium 210  !!!   SOS ...   money-mouth

CQFD

Affirmer n'est pas prouver.

  • Nouveau
  • 25/11/2018 17:17
  • Par

Une preuve de plus que  les intérêts financiers et politiques sont bien plus important que le sport .La devise de Coubertin (qui lui même n’était pas très net )ne veut plus rien dire depuis un bon moment .Cela n’empêche pas que le sport est important , pour soi même et sa santé.Il y a de sportifs malheureux  devant la tv et les sportifs heureux qui pratiquent.

Que le diable les emporte ! eux, saoudiens et tous tant qu'ils sont ! yell

Un scoop ! Le qatar a des "rivaux" ! Et quels "rivaux" ! Oui. Le qatar a certainement des "rivaux". Aussi infréquentables que les macrons et les sarkos... Certes ces voyous qataris violent la "morale" ! Mais cette morale ne vaut que pour le Citoyen, et ici ce sont des voyous ! S'ils pouvaient s'entretuer, tant mieux.

J'aimerais qu'on enquête sur les crimes du qatar, des sarkos-macrons, du capitalisme et du pétrole. Merci.

Appelez la DGSE

  • Nouveau
  • 25/11/2018 18:23
  • Par

Le Qatar fait comme la RFA et les USA !!! Quel scandale !

Qui ne vise pas le fric ? Levez le doigt ! Il n’y a qu’israel qui vise tout le moyen orient mais pas le fric parce qu’il l’a déjà et quand ce pays tue c’est pour se défendre : l’homme blanc a-t-il jamais eu le moindre scrupule à ce niveau là ? Plus vicieusement, il a tout un appareil d’état pour tuer la vie normale de l’autre. Vive les gilets jaunes!

 Le foot est corrompu on le sait mais  les atteintes aux droits humains sont infiniment plus graves !L Arabie Saoudite et MBS bénéficieraient-ils de la clémence et du silence assourdissant  de MDP Serait il devenu un  média  Macroniste honteux? amusant la galerie  avec ces histoires de footeux "Pour info voici un extrait courageux du" Matin d'Algérie "  communiqué du Forum social
« Le prince héritier Mohammad ben Salmane se présente comme un " réformateur ", mais ses promesses sonnent creux alors que la répression se durcit contre les voix dissidentes dans le royaume et en dehors allant jusqu’à l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi ».
Depuis l’arrivée au pouvoir du prince héritier Mohammed ben Salmane, de nombreux militants de renom ont été arrêtés ou condamnés à de longues peines d’emprisonnement uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Les autorités prennent pour cible la communauté des défenseurs des droits humains, petite mais active, et elles utilisent les lois antiterroristes et contre la cybercriminalité pour réprimer ses activités pacifiques qui visent à dénoncer et à combattre les violations des droits humains.
En début d’année, plusieurs défenseurs des droits des femmes de premier plan ont été arrêtés dans le cadre de la répression persistante exercée par les autorités saoudiennes contre la communauté des défenseurs des droits humains. Loujain al Hathloul, Iman al Nafjan et Aziza al Yousef sont toutes les trois détenues de façon arbitraire sans inculpation depuis le mois de mai. À la suite de leur arrestation, le gouvernement a lancé une campagne de dénigrement visant à les discréditer en les qualifiant de « traîtres ». Elles risquent d’être jugées par un tribunal antiterroriste et condamnées à de lourdes peines d’emprisonnement.
L’Arabie saoudite fait systématiquement partie des pays du monde qui procèdent au plus grand nombre d’exécutions. Des dizaines de personnes sont mises à mort chaque année, bien souvent par décapitation en public. Nous considérons que la peine capitale bafoue le droit à la vie et constitue le châtiment le plus cruel, le plus inhumain et le plus dégradant qui soit. De plus, alors qu’il n’a jamais été prouvé où que ce soit dans le monde que la peine capitale ait un effet dissuasif sur la criminalité, l’Arabie saoudite continue de condamner à mort des personnes et de les exécuter à l’issue de procès d’une flagrante iniquité. Depuis le début de l’année, l’Arabie saoudite a exécuté 108 personnes, près de la moitié d’entre elles pour des infractions liées aux stupéfiants.
Les tribunaux saoudiens continuent de prononcer des peines de flagellation pour de nombreuses infractions, souvent à l’issue de procès iniques. Raif Badawi a été condamné à 1 000 coups de fouet et à 10 ans d’emprisonnement uniquement parce qu’il tenait un blog. Certaines infractions sont punies d’une peine d’amputation ou d’amputation croisée, qui constituent toujours des actes de torture.
Les femmes et les jeunes filles sont en butte à une discrimination profondément enracinée en Arabie saoudite et sont juridiquement subordonnées aux hommes en ce qui concerne le mariage, le divorce, la garde des enfants et l’héritage, entre autres. Du fait du système de tutelle, une femme ne peut pas prendre de décisions : un homme de la famille décide de tout à sa place.
Les autorités saoudiennes prennent des sanctions, y compris par le biais des tribunaux, contre les militants pacifiques et les proches de victimes ou les victimes qui contactent des organisations indépendantes de défense des droits humains, comme Amnesty International, ou des diplomates et des journalistes étrangers.
Jamal Khashoggi s’est exilé en septembre 2017, alors qu’une vague d’arrestations déferlait sur les défenseurs des droits humains, les dignitaires religieux, les économistes, les blogueurs, et quasiment toute personne osant critiquer le pouvoir en place. S’il est renvoyé en Arabie saoudite, il sera en danger étant donné les procès manifestement iniques qui débouchent sur de lourdes peines d’emprisonnement ou la peine capitale.
Tout dissident est pris pour cible hors des frontières de l’Arabie saoudite. En mai 2017, le défenseur des droits humains Mohammed Al Otaibi a été arrêté à l’aéroport de Doha alors qu’il était en route pour la Norvège, qui lui avait accordé le statut de réfugié, et les autorités qatariennes l’ont expulsé vers l’Arabie saoudite. En janvier 2018, il a été condamné par le Tribunal pénal spécial à Riyadh à 14 ans de prison à la suite d’un procès profondément injuste.
La mort de Jamal Khashoggi à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul résulte d’un « meurtre sauvage ». Or, le meurtre de ce journaliste n’est que le dernier exemple en date d’une longue série de violations alourdissant le triste bilan du royaume en matière de droits humains.
« Le message adressé aux dissidents et détracteurs pacifiques est glaçant : ils ne sont pas en sécurité, même à l’étranger, et lorsqu’elles en ont la possibilité, les autorités s’en prennent à eux, un à un.
La communauté internationale doit rompre son silence assourdissant face à la répression de la liberté d’expression en Arabie saoudite et réclamer aux autorités saoudiennes des comptes immédiats sur l’assassinat de Jamal Khashoggi et prendre des sanctions pour montrer que personne n’est au-dessus de la loi même si on est prince, roi ou président. La justice internationale doit trancher et tous les pays du monde doivent trancher et dire non à la visite d’un dictateur criminel. Aucun peuple ne peut accepter de dresser le tapis rouge à un assassin et dictateur. Les manquements aux droits humains en Arabie saoudite font partie du système de gouvernance du pays. C'est ce système prédateur et barbare ainsi que ses ramifications dans les centaines de mouvements intégristes à travers le monde qui sont à dénoncer. Nous savons ce que cela veut dire, nous qui avons vécu les atrocités de la décennie noire. Le génocide en cours au Yémen, les centaines d'enfants tués par les bombardements de l'aviation saoudienne mérite de notre part plus de compassion au nom du droit humain le plus élémentaire, le droit à la vie.
La littérature algérienne proclame : « La fatalité serait la reine des saloperies si elle ne cachait pas son jeu, le monde ne vaudrait le coup s’il ne le rendait pas ».
Nous proclamons à notre tour, loin de la sinistrose et du catastrophisme ambiant que, l’Algérie, pays hôte et refuge de révolutionnaires des causes justes tel que Patrice Lumumba, Yasser Arafat et Nelson Mandela, la liste est généreusement achalandée, et ne pourrait donner place au dictateur et criminel qu’est : Le prince héritier Mohammad ben Salmane.
L’opportunité historique se présente pour les pays du grand Maghreb, peuple et gouvernants de dire non à l’atteinte aux libertés fondamentales, expressions et opinions qui constituent une valeur cardinale.
Les pays qui se battent et s’entre-déchirent pour la possession des oasis et des puits de pétrole n’ont aucun avenir parmi les pays qui aspirent aux valeurs universelles de justice et de liberté.
Le sol algérien n’est pas un paillasson, lieu de résidence et de villégiature de despotes criminels. L’Algérie est la Mecque des révolutionnaires et non des dictateurs et criminels.
C’est pour toutes ces raisons que le FSA (Forum Social Algérien) lance un appel pour dire non à la visite du prince héritier Mohammad ben Salmane en Algérie, condamner l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi et réclamer justice.
Pour le FSA,
Le comité de coordination

"la chaire « Éthique et sécurité dans le sport » à la Sorbonne (en partenariat avec l’ICSS)"

J'apprends au détour de cet article l'existence de "partenariats" entre l'université française et des intérêts privés. C'est inquiétant.

Quel est l'ampleur de ce phénomène? Pourriez-vous nous faire un article là-dessus?

NB: Le site de la Sorbonne est d'une mauvaise foi confondante, qui présente l'ICSS comme "organisation internationale, indépendante et à but non lucratif".

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

fl-logo
Après une première saison en 2016, quinze journaux européens regroupés au sein du réseau de médias European Investigative Collaborations (EIC) révèlent à partir du vendredi 2 novembre la deuxième saison des Football Leaks, la plus grande fuite de l’histoire du journalisme. Plus de 70 millions de documents obtenus par Der Spiegel, soit 3,4 téraoctets de données, ont été analysés pendant huit mois par près de 80 journalistes, infographistes et informaticiens.

Corruption, fraude, dopage, transferts, agents, évasion fiscale, exploitation des mineurs, achats de matchs, influence politique : les Football Leaks documentent de manière inédite la face noire du football. Nos révélations d’intérêt public, qui reposent sur des documents authentiques et de nombreux témoignages, s’étaleront de façon simultanée pendant un mois.

Outre Mediapart, les médias membres du projet sont Der Spiegel (Allemagne), Expresso (Portugal), L’Espresso (Italie), Le Soir (Belgique), NRC Handelsblad (Pays-Bas), The Black Sea/RCIJ (Roumanie), Politiken (Danemark), Nacional (Croatie), Tages Anzeiger/Tribune de Genève (Suisse), Reuters (Royaume-Uni), De Standaard (Belgique), VG (Norvège), Premières Lignes/France 2 (France) et NDR Television (Allemagne).

Membre du collectif We Report, les journalistes Mathieu Martinière et l’Allemand Robert Schmidt ont participé à cette enquête. Ils sont les auteurs du documentaire Interpol, une police sous influence ?.