En Argentine, Macri passe en force pour imposer sa réforme des retraites

Par Marion Gonidec

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Buenos Aires (Argentine), correspondance.– Le Congrès avait été bouclé par les forces de l’ordre dès le 14 décembre. Sept députés de l’opposition avaient même été blessés, pris dans des heurts avec des gendarmes, au moment d’entrer dans le bâtiment du Congrès. La session, ce jour-là, avait dû être écourtée, malgré les réticences de Cambiemos (« Changeons »), la coalition de droite au pouvoir, emmenée par le président Mauricio Macri.