Pour la première fois, une large coordination internationale de mouvements sociaux, d’ONG écologistes, d’associations d’aide au développement, de syndicats et de groupes religieux s’associent dans un texte commun sur le climat. À six mois de la conférence de Paris, la COP 21, et à la veille d’une réunion organisée à New York par l’ONU le 29 juin, ils publient une « épreuve des peuples sur le climat » (« the people’s test on climate » en anglais) qui formule leurs demandes concernant l’accord contre le dérèglement climatique que les États doivent signer en décembre. « Tout indique que les résultats du sommet sur le climat de Paris ne seront pas à la hauteur des enjeux. Au contraire, il risque de légitimer les rapports de force actuels en faveur des élites, en ne proposant que des changements marginaux », s’inquiètent-ils.