Iran: l’avocate Nasrin Sotoudeh écrit depuis sa prison pour défendre les femmes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pas une plainte, pas davantage d’apitoiement sur elle-même et aucune évocation de sa profonde détresse dans cette lettre de prison écrite en avril par l’avocate Nasrin Sotoudeh au barreau de Paris et qui, « pour des raisons techniques », n’avait pas été diffusée.