La magistrature italienne au cœur d’un scandale de corruption sans précédent

Par Floriana Bulfon et Héloïse Rambert

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rome (correspondance).– L’Italie fait à nouveau face à la corruption. La péninsule a vu son histoire marquée par les scandales liés aux pots-de-vin et aux mafias. Au début des années 1990, l’opération « Mani pulite » (« Mains propres » en français), une série d'enquêtes judiciaires démarrée à Milan, avait mis au jour une corruption systémique des partis politiques. Des ministres, des députés, des sénateurs, des entrepreneurs et même des ex-présidents du conseil furent impliqués.