Football et décolonialisme. En Palestine, prendre à revers l’occupation israélienne

Par Mickaël Correia

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 25 mai dernier, Abdallah Jaber panique sur une chaîne de télé de Tel-Aviv. « La réponse des supporters palestiniens a été brutale. Les gens sont devenus fous, ils sont vraiment devenus fous. » Durant deux jours, ce footballeur arabo-israélien a reçu un flot incessant de messages insultants. Son tort ? Avoir signé pour l’Hapoel Hadera, un club d’élite du championnat israélien, alors qu’il est un des joueurs phare de la sélection palestinienne. Le défenseur a été de facto exclu de l’équipe nationale, la fédération palestinienne interdisant à tout sélectionné de participer aux ligues israéliennes.