En Israël, la révolte contre la corruption continue

Par

Depuis bientôt un an, chaque samedi soir, des milliers d’Israéliens manifestent pour accélérer les poursuites dans les nombreuses affaires concernant Nétanyahou et son entourage.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

C'est un reportage publié par le journal Libération. Depuis plus de quarante semaines, plusieurs milliers d’Israéliens se réunissent le samedi soir à Petah Tikva, une ville de la banlieue de Tel-Aviv, pour un défilé anticorruption. C'est là que réside le procureur général Avishaï Mandelblit, ancien secrétaire du gouvernement nommé à la tête du parquet par Benjamin Nétanyahou. Les manifestants le soupçonnent de traîner des pieds pour conclure les différentes enquêtes pour corruption et abus de confiance visant le premier ministre israélien ainsi que plusieurs membres de son entourage.

Le correspondant du journal en Israël raconte : « Indépendamment des trois “dossiers Nétanyahou” ouverts au parquet, plusieurs autres grosses affaires irritent l’opinion locale. D’abord, celle du ministre de l’intérieur et leader du parti ultraorthodoxe Shas, Arié Dery, qui avait déjà purgé une peine de prison pour corruption au début des années 2000 et qui se retrouve de nouveau embourbé dans une sale affaire de fraude fiscale et de blanchiment. Ensuite, celle de son collègue des Affaires sociales, Haïm Katz (Likoud), que la police veut faire inculper pour diverses malversations financières liées à un trafic d’influence. Enfin, l’inculpation début août de l’ancien vice-ministre de l’intérieur Faina Kirschenbaum pour corruption, abus de confiance, fraude et blanchiment. En clair : cette figure de proue du parti d’extrême droite Israël notre maison – présidé à vie par l’actuel ministre de la défense, Avigdor Lieberman – est accusée, avec ses proches et quelques cadres de sa formation, d’avoir prélevé un pourcentage sur les subsides accordés par l’État aux collectivités locales ainsi qu’aux associations. »

L'article est à retrouver dans son intégralité ici.

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale