Libye, Syrie, Mali, Daech: le diplomate Bernard Bajolet parle cash

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ambassadeur de France à Amman, Sarajevo, Bagdad, Alger, Kaboul, puis coordinateur national du renseignement et directeur de la DGSE de 2013 à 2017, Bernard Bajolet, arabisant érudit et énarque baroudeur, a vécu, parfois de l’intérieur, la plupart des crises qui, depuis près d’un demi-siècle, ont ébranlé et ensanglantent encore le Moyen-Orient et son voisinage. Dans le livre qu’il vient de publier – Le soleil ne se lève plus à l’est – Mémoires d’Orient d’un ambassadeur peu diplomate –, il revient à la lumière de sa double expérience d’ambassadeur et d’homme de renseignement sur quelques moments clés de la politique étrangère française. Et analyse sans indulgence ce qu’il reste du poids politique de la France dans cet « Orient monocolore et menaçant » qui nous guette.