En Iran, l’exécution imminente d’un chirurgien irano-suédois

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hormis ses juges et le procureur du tribunal révolutionnaire de Téhéran, personne ne sait exactement ce que le régime iranien reproche au chirurgien urgentiste irano-suédois Ahmadreza Djalali, dont le procès, le 21 octobre 2017, s’était déroulé à huis clos et dans le plus grand secret. On sait uniquement qu’il a été condamné à mort à cette date pour « corruption sur terre », une accusation qui recouvrirait des allégations d’espionnage au profit d’Israël. Depuis, pas ou peu de nouvelles, jusqu’à mardi matin, où le médecin a annoncé par téléphone à sa femme, Vida Mehrannia, qu’il serait bientôt exécuté par pendaison et lui a fait ses adieux.