Venezuela: Un haut responsable de l'armée ne reconnaît plus l'autorité de Maduro

Par
L'attaché militaire du Venezuela à Washington, le colonel José Luis Silva, a déclaré samedi qu'il ne reconnaissait plus Nicolas Maduro comme le président légitime du pays et appelé ses "frères militaires" à soutenir Juan Guaido.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

CARACAS (Reuters) - L'attaché militaire du Venezuela à Washington, le colonel José Luis Silva, a déclaré samedi qu'il ne reconnaissait plus Nicolas Maduro comme le président légitime du pays et appelé ses "frères militaires" à soutenir Juan Guaido.

Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale vénézuélienne, s'est autoproclamé mercredi président par intérim du pays, défiant le président Nicolas Maduro dont la réélection en mai dernier est contestée par l'opposition et une partie de la communauté internationale.

Les Etats-Unis l'ont immédiatement reconnu. L'Union européenne et la plupart de ses Etats membres, dont l'Espagne et la France, ont appelé à la tenue d'élections démocratiques. [nL8N1ZQ0IG]

"Aujourd'hui, j'appelle le peuple vénézuélien, et surtout mes frères militaires, à soutenir le président Juan Guaido comme seul président légitime", dit le colonel José Luis Silva dans une vidéo.

Sur Twitter, Juan Guaido a salué la décision du colonel et appelé tout ceux qui le souhaitent à suivre son exemple.

Garrett Marquis, porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, a estimé que la défection du colonel était l'illustration du principe selon lequel "le rôle de l'armée était de protéger l'ordre constitutionne et non de maintenir des dictateurs et de réprimer son propre peuple".

Nicolas Maduro, qui a rompu les relations diplomatiques avec les Etats-Unis à la suite du soutien de Donald Trump à Juan Guaido, a demandé mercredi au personnel diplomatique américain de quitter le pays sous 72 heures. Ce délai a expiré samedi.

Plusieurs diplomates américains ont quitté vendredi l'ambassade des Etats-Unis à Caracas et le Venezuela rappelait samedi son personnel à Washington, a déclaré le ministère vénézuélien des Affaires étrangères.

Le communiqué du ministère précise toutefois que les deux pays allaient tenter de trouver un accord d'ici à 30 jours pour remplacer leurs ambassades par des "sections d'intérêts" dans leur capitale respective. Pendant des décennies, la diplomatie entre Cuba et les Etats-Unis passait par des sections d'intérêts.

Si Caracas et Washington ne parviennent pas à s'entendre, les employés restants devront quitter le territoire et les missions diplomatiques seront fermées.

Pour l'instant, le reste du personnel diplomatique pourra poursuivre ses activités uniquement au sein des missions diplomatiques, ajoute le ministère.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale