Le Bronx, histoire d'un quartier populaire à l'ère d'un maire milliardaire

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Les " cités " Française et le Bronx, même lutte, même combat.

Et la question " le Bronx va-t-il à nouveau brûler ", même réponse.Oui !

Là ou l'on trouve une population marginalisée volontairement pour servir de fusible pour tous les maux d'un pays, une violence policière permanente, une main d'oeuvre bon marché dans la subsistance permanente, on trouve également les ingrédients d'une révolte massive.

Les années 80, la règle était " vous ne faites pas de bruit, faites vos " beef "pour subsister...les années 90 sonnent la criminalisation de ces cités...pour des raisons très électoralistes.

Les jeunes ont compris trop tard que la " démocratie " ne les concernait pas,qu'ils ne faisaient pas parti du banquet.

Aujourd'hui à force d'avoir été utilisé à droite comme à gauche, par les médias qui voulaient des " scoops ", ils ont déserté les bureaux de vote et ne se sentent même plus concernés tant ils sont peu représentés.

Les politiques ont joué communauté contre communauté ce qui explique que bien souvent des mecs pas du tout " cité " type Valls ont pu fédérer sur leur personne des voix qu'ils n'auraient pu obtenir sans cela.

Ils ont crée les conditions de méfiance inter-communautés et en ont profité pour assurer leurs différents mandat. Diviser pour mieux régner.

Pourtant fut une époque, j'y ai rencontré des personnes plus que brillantes.

Le show biz,le sport en a récupéré quelques unes mais au delà, c'était inimaginable.

Difficile de contrer un chrono ou des performances musicales, artistiques éternellement.

Infiniment plus facile de museler et de fermer l'espace public d'autant que les médias participaient promptement à la désinformation ambiante.

A quel politique demande-t-on ses convictions religieuses et de contester ses croyances ? Jusqu'ou pousse-t-ils le dogme de leurs croyances ?

Boutin est bien une intégriste religieuse pourtant.

C'est vrai que la plupart se prétendent " laiques " mais qu'ils sont rapides pour se tourner vers leur communauté quand cela les arrange aussi.

On ne leur demande même pas de justifier leurs revenus ???

Peut être pas le shit mais pas plus glorieux pour autant.

Le " cité " ne doit pas que intégrer la république mais il se doit de tourner le dos à sa communauté ou de la juger, de la critiquer.

Les cathos, les protestants, les juifs n'ont pas à le faire.Aucune justification, aucun à priori ne les précèdent et pourtant...

Les cathos, les protestants, les juifs n'ont pas à le faire.C'est vite dit. Les Juifs et les Protestants ont eu leur "heure de gloire" dans la société française. Cela étant dit il est vident que les commautés ethniques ou religieuses sont instrumentalisées par les politiques. Il en a toujours été ainsi. Ce qui est très inquiétant.

Le Bronx ne brûle peut-être plus, mais le Bronx a été fui. En tout cas par Errol Sawyer, par exemple (Vous pouvez voir ses œuvres en tapant Gougoule).
À cause de la gentryfication, en effet. La nouvelle bourgeoisie noire y serait aussi écœurante que l'ancienne bourgeoisie blanche. 

Sawyer a-t-il vraiment fui le Bronx, et à cause de la "gentryfication" ? Après tout, il vit à Amsterdam, qui n'est pas réputée pour ses ghettos. Sawyer a grandi à Miami, puis à New York, à Harlem et dans le Bronx, a déménagé à Manhattan à dix-neuf ans, a vécu à Paris, Londres, est retourné à New York où il a passé environ six ans, est parti pour Amsterdam, est revenu à New York pour quatre ans, reparti enseigner à Delft, et semble, depuis 1999, avoir choisi définitivement les Pays-Bas où il s'est marié avec une architecte et où il construit tous ses projets artistiques. Il ne semble pas qu'il ait jamais été gêné par la fréquentation de la gentry. Mais c'est un fabuleux photographe des quartiers populaires, dont le Bronx, entre autres (il a tout de même travaillé pour Vogue à une époque).

Sa mère a vécu dans le Bronx jusqu'à sa mort en 2010.

manuel valls devrait revoir sa copiequand on voit combien le ''surveiller et punir 'est devastateur . je ne comprend pas que les quartiers dit sensibles ne fassent pas l'objet d'une approche pruridisciplinaire urbaniste culturelle policière justiciaire et éducative.Ne résoudre les problémes que sous l'angle sécuritaire

atropie nos capacités d'action et nous empêche de juguler l'effrondement de la citoyenneté et l'explosion du traffic de drogue chez nous.Décidemment cette gauche ne sait pas gouverner ils n'ont aucun envergure.

Concernant la construction du stade, il faut savoir ce qu'on veut: s'il avait été construit dan un quartier riche, ce serait abusé car c'est toujours lesriches qui ont les avnatages de ce type.... Si c'est au Bronx, c'ets abusé car ils sont pauvres... Euh....

 

A un moment donné il fuat etre honnête, ce genre d'édifice, ça fait du bien! Parce que certe, c'est qu'une "centaine" d'emplois directs créés. Mais d'une, c'ets toujours ça. De deux, ça ne compte pas les emplois indirects créés grâce aux 50 000 personnes venant d'un peu partout qui se pressent au stade (ça créé une activité autour du stade), ça a créé de l'emploi au moment de la construction (certe terminée depuis). Et de plus, vous dites, en citant un photographe: Le Bronx effraie encore. Eh bien justement, ce type d'édifice permet deux choses: de donner un aspect plus attrayant et plus dynamique à un secteur, et d'autre part d'amener les gens extérieurs vers le Bronx.

 

Tenir à l'écart de ce type de projet les quartiers pauvres sous prexte que c'est indécent, c'est très bon sur le plan du populisme, mais dans les faits, c'est les ghettoïser encore plus. Le Yankee Stadium est bénéfique, économiquement, mais surtout en terme d'image pour le quartier. N'oublions pas qu'il n'est en fonction que depuis 2009, donc un laps de temps très court. En attendant il permet un brassage des populations dans la ville, ce qui est bénéfique.

Les policiers coûteraient-ils moins cher que des travailleurs sociaux bien formés et des structures d'éducation populaire en permanence sur le terrain? oui peut-être à court terme mais les politiques n'ont jamais le souci du long terme dans ce domaine comme dans bcp d'autres.

On dit que les français n'aiment pas les riches, et patati et patata ...

Eh bien, moi je préfère mille fois la vision française, ce n'est pas ici qu'on mettrait un milliradaire maire d'une grande ville.

On ne devient pas milliardaire, en étant un honnête homme, mais bien en adhérant au capitalisme et ses dérives, le fait même d'être milliardaire est une dérive.

Pas étonnant qu'il construise un terrain de sport à plus de 1 milliard de dollars, alors que des gens vivent dans la misère dans cette même ville !

Bloomberg fut une arnaque, il a surtout passé son temps à faire travailler ses amis businessmen. Qui a payé le stade : l'impôt des new-yorkasis ! Qui a reçu cet argent : les constructeurs, amis de Bloomberg.

vision française, ce n'est pas ici qu'on mettrait un milliradaire maire d'une grande ville???

Oui mais en devenant maire,il est possible de devenir milliardaire:Version francaise!!!

Vu la tournure des choses sur cette terre, non seulement le Bronx va se remettre à brûler .......... mais pas que le Bronx .........

En lisant l'article une image m'est revenue,celle du nain faisant sont footing avec une casquette NYPD,maintenant je comprend mieux l'admiration du nain pour ce genre de méthode.

Un article qui permet d'ouvrir nos horizons trop souvent franco-français. Captivant.

Bel article ! merci.

Un peu trop centré "problèmes" pour être honnête, surtout les commentaires. Vivre dans les clichés n'est-il pas fatiguant???

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale