Le PM arménien refuse de discuter avec l'opposition

Par
Le Premier ministre arménien par intérim, Karen Karapetian, a rejeté vendredi la proposition du chef de file de l'opposition, Nikol Pachinian, d'organiser des négociations pour trouver une sortie à la crise politique dans le pays.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

EREVAN (Reuters) - Le Premier ministre arménien par intérim, Karen Karapetian, a rejeté vendredi la proposition du chef de file de l'opposition, Nikol Pachinian, d'organiser des négociations pour trouver une sortie à la crise politique dans le pays.

L'Arménie est le théâtre depuis deux semaines d'une contestation antigouvernementale qui a conduit à la démission du Premier ministre Serge Sarkissian, lundi.

L'élection d'un nouveau chef du gouvernement par les députés doit avoir lieu le 1er mai tandis que des élections anticipées devraient être convoquées prochainement.

Les opposants ont poursuivi leur mouvement jeudi pour demander une recomposition de la vie politique qu'ils affirment minée par la corruption.

"Le Premier ministre par intérim considère que faire partie de 'négociations' qui n'ont aucune chance d'aboutir est inutile", dit le service de presse de Nikol Pachinian dans un communiqué.

A la suite du refus de Karen Karapetian de participer à des pourparlers, le chef de file de la contestation a indiqué qu'il appellerait de nouveau ses partisans à manifester.

Plus tôt vendredi, Nikol Pachinian a annoncé qu'il avait rencontré le président Armen Sarkissian afin de trouver une sortie à la crise politique en Arménie, rapporte l'agence russe Interfax.

La Russie, qui possède deux bases militaires en Arménie, suit les événements avec attention mais n'a pas exprimé pour l'instant son intention d'intervenir dans cette crise interne.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale