Espagne: Ciudadanos prêt à soutenir un candidat neutre contre Rajoy

Par
Le parti centriste Ciudadanos a annoncé samedi être disposé à soutenir un candidat neutre afin d'évincer le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, après la condamnation pour corruption de 29 personnes liées au Parti populaire (PP) au pouvoir.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

MADRID (Reuters) - Le parti centriste Ciudadanos a annoncé samedi être disposé à soutenir un candidat neutre afin d'évincer le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, après la condamnation pour corruption de 29 personnes liées au Parti populaire (PP) au pouvoir.

José Manuel Villegas, secrétaire général de Ciudadanos ("Citoyens"), a déclaré lors d'une conférence de presse que son parti était prêt à travailler avec le Parti socialiste (PSOE) afin de soutenir un candidat alternatif lors d'un vote de défiance visant à renverser Mariano Rajoy, à la tête d'un gouvernement minoritaire.

Mariano Rajoy a refusé vendredi d'organiser des élections législatives anticipées et annoncé qu'il entendait rester à son poste jusqu'à la fin de son mandat à la mi-2020.

Le parti Ciudadanos n'a pas voulu appuyer vendredi la motion de censure contre le gouvernement présentée par le dirigeant du PSOE, Pedro Sanchez, afin de former son propre gouvernement socialiste et convoquer au plus tôt des élections anticipées.

Mais José Manuel Villegas a annoncé samedi que sa formation pourrait soutenir un candidat qui ne serait ni Sanchez ni le chef de file de Ciudadanos, Albert Rivera.

Pour renverser le gouvernement, un candidat doit disposer d'au moins 176 voix au Congrès des députés, une tache compliquée vu la fragmentation de la chambre basse du Parlement. Le soutien des élus indépendantistes basques et catalans pourrait être décisif si les principaux partis ne trouvent pas d'accord.

Le secrétaire général du Parti socialiste, José Luis Abalos, a déclaré à la radio Cope que le PSOE ne travaillerait pas avec les partis indépendantistes et appelé la formation Ciudadanos à soutenir la candidature de Sanchez pour remplacer Rajoy à la tête du gouvernement, en échange de la promesse de la tenue d'élections anticipées au plus tôt.

Maria Dolores de Cospedal, ministre de la Défense, a critiqué le projet du PSOE pour sa dépendace vis-à-vis des formations séparatistes.

"Si le Parti socialiste veut obtenir le pouvoir au prix d'une alliance avec ceux qui cherchent à détruire notre pays, c'est sa responsabilité (mais) le gouvernement qui en résulterait ne serait pas viable", a-t-elle déclaré à la télévision publique.

L'affaire de corruption visant le PP, qui a trait à l'utilisation d'une caisse noire par les conservateurs dans les années 1990 et au début des années 2000 pour le financement illégal de campagnes électorales, poursuit Mariano Rajoy depuis son arrivée au pouvoir en 2011. Il a toujours nié.

Vingt-neuf personnes liées au PP, dont un ancien trésorier, ont été condamnées jeudi pour falsification de comptes, trafic d'influence et divers délits fiscaux. Elles ont été au total condamnées à 351 ans de prison.

Dans sa décision, le juge a déclaré qu'il y avait des preuves que le PP avait géré une caisse noire pendant de nombreuses années et qu'il fallait s'interroger sur la crédibilité du démenti de Mariano Rajoy.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale