La fin du pétrole-3: le temps du chacun pour soi

Par

Nouveau record, à 141,05 dollars, pour le baril, jeudi. Pourquoi pas 150, 170, 200 dollars? Le monde pétrolier ayant perdu ses repères, tout semble possible. La faute à la spéculation? Pas seulement. Le dollar, la politique laxiste américaine, ont nourri les déséquilibres qui désormais paraissent incontrôlables. Mais pour affronter ce troisième choc pétrolier, plus terrible que les deux premiers, les Etats s'avancent en ordre dispersé, ne comptant que sur les seules forces du marché pour venir à bout du séisme qui s'annonce.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

C'est à peine un événement. Hier, le cours du baril WTI (West Texas Intermediate), celui qui sert de référence au marché pétrolier, a franchi la barre des 140 dollars (141,05 exactement). Un nouveau record, un de plus. Il a suffi que le président de l'OPEP, et par ailleurs ministre de l'énergie algérien, Chakib Khelil, déclare jeudi que les prix avaient toutes les chances d'atteindre les 150 à 170 dollars le baril, dès cet été, pour que les marchés s'enflamment à nouveau. Les analystes de la banque Goldman Sachs prévoient un baril à 200 dollars d'ici un an.

 © Boursorama. com © Boursorama. com

 

 

Toutes les hypothèses sont envisageables. Car tout le monde est perdu. Personne n'aurait imaginé que le cours du pétrole puisse doubler en moins d'un an. La plupart des économistes s'accordaient sur le fait que, les 100 dollars dépassés, l'économie mondiale plongerait. Même si le ralentissement se diffuse lentement, la crise n'est pas là, tout au moins pas encore.

 

 © Ed Kashi © Ed Kashi

 

La perplexité est d'autant plus grande que ce qu'il faut bien appeler le troisième choc pétrolier a des allures inconnues. A la différence des deux premiers, il n'y a eu ni guerre du Kippour, ni révolution iranienne, ni guerre, ni tensions diplomatiques. Rien qui puisse expliquer, marquer symboliquement l'entrée dans cette nouvelle ère. Tout semble s'être déréglé sans raison apparente, comme si les marchés avaient subitement levé les yeux et pris conscience des tensions existant entre l'offre et la demande, qu'ils n'avaient pas voulu voir auparavant.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale
Le photographe américain Ed Kashi, qui travaille depuis des années sur l'exploitation pétrolière dans le golfe du Niger, nous a autorisés à publier ses images, qui sont rassemblées dans un livre paru récemment: Curse of the Black Gold.