Des centaines de migrants sont victimes de torture dans le désert du Sinaï

Par

Fuyant la Corne de l'Afrique, des réfugiés érythréens et somaliens sont pris en otages dans le désert du Sinaï, sommés de payer des rançons allant jusqu'à 50 000 dollars. Leurs ravisseurs les torturent et parfois les tuent. Ces faits, encore peu documentés, font l'objet d'un rapport accablant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont des otages dont personne ne se préoccupe, si ce n’est leur famille : des migrants en provenance de la Corne de l’Afrique, fuyant leur pays, sont régulièrement piégés dans le désert du Sinaï, situé à la frontière de l’Égypte et d’Israël (voir la carte dans la Boîte noire). Là, ils se font dépouiller de leurs quelques biens, sont enfermés dans des conditions inhumaines et sont torturés en échange de rançons. Fréquemment, leurs ravisseurs les tuent. Parfois, des organes sont arrachés de leurs corps.