Au Brésil, Marina Silva bouleverse la campagne présidentielle

Par

L'ancienne ministre écologiste de Lula, qui avait rompu avec fracas avec le PT, menace directement la réélection de Dilma Rousseff. Mais son appartenance à une église pentecôtiste réputée pour son conservatisme social, son programme néolibéral et ses liens avec l'agrobusiness et les milieux financiers fragilisent son ascension. Enquête sur un itinéraire politique qui peut pourtant séduire les classes moyennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro, de notre correspondante.  Un ouragan. Un météore. Un coup de tonnerre. Depuis un mois, les analystes politiques brésiliens rivalisent de superlatifs pour tenter d'expliquer le phénomène qui semble porter Marina Silva aux portes du pouvoir et bouleverser une campagne électorale présidentielle jusqu'alors marquée par l'ennui et un brin de mélancolie.