« Israël n’aurait pas commis ces crimes si le rapport Goldstone avait été suivi d’effet »

Par

Avocat palestinien né à Gaza il y a soixante ans révolus, ancien prisonnier en Israël, lauréat du Robert F. Kennedy Human Rights Award en 1991, Raji Sourani dirige le centre palestinien pour les droits de l’homme (PCHR). À Gaza pendant toute la durée du conflit, il raconte sa vision de la guerre, de la politique israélienne et son rapport à l’Autorité palestinienne. Entretien, de notre envoyé spécial à Gaza.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Gaza. Avocat palestinien né à Gaza il y a maintenant soixante ans révolus, ancien prisonnier en Israël, lauréat du Robert F. Kennedy Human Rights Award en 1991, Raji Sourani dirige le centre palestinien pour les droits de l’homme (PCHR), qui publie chaque mois un rapport (consultable ici) sur les violations des droits humains à Gaza et en Cisjordanie. À Gaza pendant toute la durée du conflit, il raconte sa vision de la guerre, de la politique israélienne et son rapport à l’Autorité palestinienne. Entretien.