La demi-heure où l’Espagne a basculé dans l’inconnu

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est presque 15 h 30 à Barcelone et les députés présents au Parlement se lèvent pour chanter « Els Segadors », l’hymne officiel de la Catalogne, ce chant interdit sous le franquisme et qui accompagne les manifestations monstres des indépendantistes lors de la fête nationale, la Diada, chaque 11 septembre. Il n’y a pas un sourire dans les rangs. L’ambiance est lourde. Tous ont l’air très sérieux, certains semblent épuisés. Ils viennent d’accomplir un geste sans précédent dans l’histoire de la démocratie espagnole, depuis la mort de Franco en 1975.