Syrie: les Kurdes condamnés par le retrait américain

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur les quelque 40 000 militaires américains aujourd’hui présents au Moyen-Orient, 2 000 soldats des Forces spéciales, déployés en Syrie, vont être retirés d’ici deux à trois mois et rentrer aux États-Unis. Annoncée le 19 décembre par un tweet présidentiel dans lequel Donald Trump affirmait que le groupe État islamique était « vaincu », cette décision surprenante, prise sans aucune concertation, a frappé de stupeur les alliés et amis de Washington qui n’ont caché ni leur désapprobation ni leur inquiétude.