Comme tous les conflits récents qui ont vu des puissances occidentales intervenir dans des pays étrangers, l’opération militaire française au Mali a suscité un grand nombre de commentaires sur les enjeux énergétiques et les investissements économiques supposés de Paris au Sahel : des observateurs qui y voient la raison exclusive de l’entrée en guerre de la France, jusqu’au président François Hollande qui a affirmé, dès les premiers jours, que « la France n'a aucun intérêt au Mali. Elle ne défend aucun calcul économique ou politique ».