Les Pays-Bas inquiets des dérives extrémistes autour de l'Islam

Par

La diffusion sur Internet du court-métrage, consacré au Coran, du député d’extrême droite Geert Wilders, jeudi 27 mars, n’a pas provoqué d’incident aux Pays-Bas même si les autorités s’inquiètent des idées que ces images pourraient susciter chez les extrémistes de tout bord. Ehsan Jami, un jeune élu d’origine iranienne, coauteur du premier documentaire de M. Wilders, sous haute protection policière, donne son avis sur la question à Mediapart.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le député d’extrême-droite Geert Wilders est allé jusqu'au bout de sa provocation. Son film court-métrage, appelé Fitna (la discorde), a finalement été diffusé sur Internet jeudi 27 mars. Depuis des semaines, ce populiste xénophobe, qui préside le petit Parti pour les libertés (PVV) – 9 députés sur 150 -, annoncait cette diffusion, présentant son film comme un brûlot et comparant le Coran à Mein Kampf.