G-20: consensus politique sur les paradis fiscaux

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Daniel Lebègue, le président de la section française de Transparency International, en est sûr: si le prochain sommet du G-20 à Londres aboutit à un seul résultat, ce sera sur les paradis fiscaux. Les raisons, pour lui, en sont simples. D'abord, parce que les enjeux sur ce dossier sont clairement compréhensibles par l'opinion publique à la différence des questions très complexes de régulation, ou de refonte du système bancaire. Et puis, surtout, «c'est la première fois qu'il y a un consensus politique sur ce dossier», explique-t-il. «Pendant vingt ans, tout a été bloqué. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ne voulaient rien faire contre les paradis fiscaux. L'administration Bush père et fils considérait que leur existence favorisait la santé financière des grands groupes américains.»