UE: la promotion éclair d’un proche de Juncker continue de braquer le Parlement

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les deux principaux intéressés continuent de se défiler. Ni le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, ni l’Allemand Martin Selmayr, l’homme au cœur du scandale, n’ont daigné se déplacer. Profitant du fait de ne pas avoir été invités formellement à la séance, ils ont de nouveau laissé à Günther Oettinger, vice-président de la Commission et responsable des ressources humaines au sein de l’exécutif, le soin de faire le sale boulot : à savoir répondre ce mardi 27 mars, à Bruxelles, aux questions pressantes des eurodéputés.