En finir avec l'Europe (ou pas)

Par

Plutôt que de s'épuiser dans des batailles perdues d'avance sur l'Europe, la gauche ferait mieux de concentrer son énergie sur d'autres dossiers. À commencer par l'emploi. C'est la thèse provocatrice d'un essai collectif, En finir avec l'Europe, qui s'en prend, en particulier, aux défenseurs d'un « euro-keynésianisme » qui serait voué à l'échec. Coordonné par Cédric Durand, cet ouvrage pose quelques salutaires questions avant les élections allemandes et le scrutin européen de juin 2014.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le musée s'est installé pour quelques mois en plein quartier européen à Bruxelles, en contrebas du parc Léopold, à deux pas des enceintes du parlement. La « Maison de l'Histoire européenne en exil » propose de « remonter le temps, plus d'un demi-siècle, jusqu'au début du XXIe siècle », pour revenir sur ce qui fut l'un des « projets de paix et de modernisation les plus spectaculaires de notre époque ».