Le Traité transatlantique passe un premier test au parlement européen

Les eurodéputés de la commission « commerce » se sont massivement exprimés jeudi en faveur du traité de libre-échange avec les États-Unis. Les sociaux-démocrates ont lâché sur l'une de leurs principales lignes rouges. Marine Le Pen, membre de cette commission, était absente.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- Le vote n'a rien de définitif, mais il permet de prendre la température. Avec 28 voix pour et 13 contre, les eurodéputés de la commission « commerce international » ont apporté leur soutien, jeudi, au projet de traité de libre-échange avec les États-Unis (TTIP, ou TAFTA pour ses adversaires), en y ajoutant quelques garanties, par exemple sur la protection des données personnelles. Ce compromis, débattu jusqu'à la dernière minute, prépare le terrain à un feu vert en séance plénière, à Strasbourg le 10 juin.
Le texte sur lequel les élus ont voté n'est qu'un rapport d'initiative, rédigé par le social-démocrate allemand Bernd Lange. Il est censé envoyer à la commission de Jean-Claude Juncker, qui négocie en ce moment avec Washington, les « recommandations » des députés. Sur le fond, il n'engage à rien. Mais le parlement européen a vu ses compétences grandir en matière de commerce international depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne en 2009. Si bien que les eurodéputés pourront, une fois les négociations terminées entre Bruxelles et Washington (sans doute d'ici la fin de leur mandat en 2019), valider ou rejeter le texte final. Les rapports de force dans cette commission « commerce » sont donc décisifs pour la suite.
« Le parlement européen a pu orienter les débats pour qu'ils aillent dans la bonne direction », s'est félicité Lange, le rapporteur du texte, évoquant un « consensus assez large » sur la dernière mouture du texte. Mais « un point continue de faire débat », a-t-il reconnu. L'élu allemand fait référence à l'un des points durs du TTIP en chantier, le mécanisme d'arbitrage entre État et investisseur privé (dit « ISDS »), qui autorise des multinationales à attaquer en justice des États lorsqu'elles estiment leurs intérêts bafoués.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Justice — Analyse
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Santé — Enquête
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Éducation — Enquête
Éducation à la sexualité : Mediapart révèle un rapport d’inspection enterré par Blanquer
Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale, qui établit la trop faible efficacité de l’éducation à la sexualité, est resté un an dans les tiroirs de Jean-Michel Blanquer. Son successeur, Pap Ndiaye, semble enfin vouloir faire de cette politique publique une priorité.
par Mathilde Goanec et Pierre Januel
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Au Qatar, l’enfer des travailleuses domestiques
Encore plus invisibilisées que les forçats des chantiers car maltraitées dans l’intimité de foyers privés où elles sont recluses, les travailleuses domestiques subissent des abus et des violations systémiques au Qatar. Deuxième volet de notre enquête au royaume de l’esclavage moderne.
par Rachida El Azzouzi
Moyen-Orient — Enquête
Sabra et Chatila : histoire d’un massacre anticipé par Israël
Il y a quarante ans, le 16 septembre 1982,  commençait dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban une orgie de viols et d’assassinats qui allait se poursuivre pendant trois jours. Cinq mois plus tard, une commission d’enquête gouvernementale concluait qu’aucun Israélien ne pouvait être tenu pour responsable des massacres. Un universitaire a découvert à Jérusalem, dans les archives officielles, une tout autre vérité…
par René Backmann
Musique — Enquête
Harcèlement en ligne : Booba et ses ultras
Une cuisinière, un producteur, des journalistes, une photographe, la femme du rappeur Maître Gims ou Magali Berdah, l’agente des stars de la téléréalité : le monument du rap français ne retient jamais ses coups sur les réseaux sociaux contre celles et ceux qu’il considère comme ses ennemis. Il emmène avec lui des milliers de fans aux méthodes confinant souvent au cyberharcèlement.
par Khedidja Zerouali