Les «hyènes» du Malawi, violeurs appointés par tradition

Par

Au Malawi, État d’Afrique australe, une pratique traditionnelle oblige les femmes a subir une relation sexuelle non consentie ni protégée au moment de leurs premières règles.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au Malawi, État d’Afrique australe situé entre le Mozambique et la Tanzanie, une pratique traditionnelle appelée « kusasa fumbi », ou « purification sexuelle », oblige les femmes a subir une relation sexuelle non consentie ni protégée au moment de leurs premières règles, à la mort de leur conjoint ou avant de construire une nouvelle maison. Ces viols reconnus par la tradition sont exécutés par des « hyènes », « fisi » dans la langue locale, des hommes payés par la famille pour accomplir leur sinistre office, rapporte Le Monde, qui consacre une série de quatre épisodes à cette coutume qui était autrefois répandue en Afrique de l’est, notamment au Kenya et en Tanzanie.
Aujourd’hui, la « purification sexuelle » est en voie de disparition, mais elle subsiste au sud du Malawi, région la plus pauvre du pays, bien qu’elle soit interdite par la loi. Cette odieuse pratique a entre autres pour conséquence de propager le sida – près de 10% de la population est infectée par le VIH.