Nucléaire nord-coréen: Kim Jong-un prêt à autoriser une inspection, rapporte Yonhap

Par
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est disposé à accepter la venue d'inspecteurs internationaux pour qu'ils vérifient le démantèlement de l'un des principaux sites de missiles de la Corée du Nord, a rapporté mardi l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant des sources diplomatiques.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est disposé à accepter la venue d'inspecteurs internationaux pour qu'ils vérifient le démantèlement de l'un des principaux sites de missiles de la Corée du Nord, a rapporté mardi l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant des sources diplomatiques.

Selon l'une des sources citées par Yonhap, Kim Jong-un a dit au président sud-coréen Moon Jae-in lors de leur sommet en septembre être disposé à fermer le complexe nucléaire de Yongbyon et à autoriser une inspection, à condition que les Etats-Unis prennent des mesures de réciprocité.

Moon Jae-in a transmis le message de Kim Jong-un au président américain Donald Trump lors de leur rencontre en marge de l'Assemblée générale de l'Onu à New York en septembre, a ajouté cette source.

Depuis son sommet inédit avec Donald Trump le 12 juin dernier, Kim Jong-un s'était déjà dit ouvert à la fermeture du site de Yongbyon si les Etats-Unis prenaient des mesures "de réciprocité" mais n'avait jamais évoqué la possibilité d'une inspection.

Interrogée sur les informations rapportées par Yonhap et sur une éventuelle avancée dans les négociations entre Washington et Pyongyang, la porte-parole du département d'Etat américain a déclaré "ne pas être au courant de tout ça".

Heather Nauert a toutefois ajouté que le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et Kim Jong-un ont convenu lors d'une récente entrevue à Pyongyang de la venue d'inspecteurs en Corée du Nord.

"Ils se sont mis d'accord sur ça quand le secrétaire d'Etat s'est rendu à Pyongyang il y a à peu près un mois. Nous attendons que Kim tienne ses promesses", a-t-elle dit, sans préciser si cette inspection concernait le site de Yongbyon.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale