Assassinat et corruption: le gouvernement maltais est cerné

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Honte à vous ! Tueurs ! » Mardi soir, le premier ministre travailliste Joseph Muscat a été accueilli au Parlement de La Valette par les cris de plusieurs centaines de manifestants et une pluie d’œufs et de pièces de monnaie lancés par la foule. Deux ans après l'assassinat de la journaliste d'investigation Daphne Caruana Galizia, qui enquêtait sur la corruption qui gangrène les plus hautes sphères de l’État maltais, le gouvernement affronte une crise politique majeure. En cause, l'accélération soudaine de l'enquête sur les commanditaires de l'assassinat qui met au jour leurs liens de plus en plus évidents avec l'exécutif maltais.