La défense du «parrain des parrains» mise en pièces par les juges

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Michel Tomi a un sens très personnel de la famille. Ou alors beaucoup d’humour. Ibrahim Boubacar Keita, l’actuel président du Mali ? C’est un « frère ». Ali Bongo, président en exercice du Gabon ? Un « fils ». Voilà comment le “parrain des parrains”, mis en examen depuis dix-huit mois dans l’une des plus importantes affaires de corruption internationale, actuellement instruite à Paris, a tenté de parer à la mitraille de questions des juges Serge Tournaire et Hervé Robert, selon des procès-verbaux dont Mediapart a pris connaissance.