Au Caire, Macron évoque les droits humains mais maintient les ventes d'armes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Emmanuel Macron a entendu les ONG. Il a parlé, ouvertement et devant un parterre de journalistes, droits humains avec le dictateur égyptien Abdel Fattah al-Sissi, celui-là même auquel il disait « ne pas avoir de leçons à donner » en octobre 2017, provoquant l’indignation des associations et de l'opinion publique. C’est le temps fort de la visite officielle de deux jours au Caire du président français. Celui où l’on a vu l'ancien chef des renseignements militaires égyptiens, au pouvoir depuis juillet 2013, se figer. C’était lundi 28 janvier en fin de matinée, lors d’une conférence de presse commune tenue par les deux chefs d’État et dominée par cette question.