En Allemagne, le scandale Prism pousse Merkel dans les cordes

Par

Prism, le programme mis en place par les renseignements américains pour surveiller leurs alliés européens, vire à l'affaire d'État en Allemagne. Angela Merkel essuie les critiques de la presse, de l'opposition et, de plus en plus, des citoyens pour sa gestion du dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lorsque l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a révélé le programme d’écoutes à grande échelle mené par la National Security Agency américaine (NSA) en Europe, l’attention s’est vite focalisée en France sur le sort d'Edward Snowden, le « whistleblower » coincé dans l’aéroport de Moscou depuis la fin du mois de juin et qu’aucun pays ne veut accueillir par peur des représailles américaines. De l’autre côté du Rhin, en revanche, l’affaire ne cesse, après sept semaines, de tourmenter la vie politique. Qu'un pays allié aussi important pour l'Allemagne que les États-Unis espionne les citoyens à la barbe des services allemands et du gouvernement a provoqué un scandale.