Luigi Di Maio dans l'embarras après la mise en cause de son père

Par
La police italienne a saisi jeudi un terrain appartenant à la famille de Luigi Di Maio, vice-président du Conseil, dans le cadre d'une enquête sur un chantier de construction.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

ROME (Reuters) - La police italienne a saisi jeudi un terrain appartenant à la famille de Luigi Di Maio, vice-président du Conseil, dans le cadre d'une enquête sur un chantier de construction.

Des allégations selon lesquelles son père Antonio, entrepreneur dans le bâtiment, aurait employé des travailleurs sans les déclarer et que lui-même aurait travaillé un an au noir dans une pizzeria de Pomigliano d'Arco, sa ville natale dans le sud de la Péninsule, avaient déjà terni l'image du chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S). Le parti a fait de la lutte contre la corruption l'un de ses principales priorités.

Luigi Di Maio, qui est également ministre du Travail, s'est efforcé de minimiser la saisie de jeudi.

"La police municipale a effectué une inspection sur ce terrain qui appartient à mon père et à sa soeur (...) Du matériel tel que des seaux, des poubelles et une brouette a été saisi", a-t-il déclaré à la presse lors d'une visite à Bruxelles.

Selon une source policière interrogée par Reuters, des structures de bâtiment ont été découvertes sur le site. "Nous supposons qu'elles sont illégales", a-t-on déclaré.

Luigi Di Maio a publié cette semaine des déclarations de revenus et d'actifs liées aux affaires de son père, dans lesquelles il possède une participation de 50% depuis 2014, pour démontrer que tout est en ordre.

Une chaîne de télévision appartenant à l'ancien chef du gouvernement Silvio Berlusconi a rapporté cette semaine que quatre employés de l'entreprise d'Antonio Di Maio l'avaient accusé d'avoir versé une partie de leur salaire au noir avant 2012.

"Mon père a commis des erreurs dans sa vie et je me démarque de ce comportement mais il est toujours mon père", a ensuite écrit Luigi Di Maio sur Facebook.

Le Parti démocrate (PD), principale composante de l'opposition, a demandé à Di Maio de venir s'expliquer au Parlement.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale