En pleine campagne électorale, la BBC est sous le feu des critiques

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres (Royaume-Uni), de notre correspondante.– Paul Bennett est un « drogué d’actualité ». Pendant longtemps, son premier réflexe matinal a été de consulter le site internet de BBC News, mais, récemment, cet avocat de Bristol a changé ses habitudes du tout au tout. « Je ne me connecte plus du tout au site de la BBC News depuis six mois », confie cet Anglais de 39 ans, tout en jugeant que « tout ce que fait la BBC n’est pas à jeter ». Mais cet électeur travailliste, lecteur assidu du Guardian et du média de gauche Novara Media, juge que le groupe public à la renommée mondiale ne remplit plus son contrat comme par le passé : « La victoire du Brexit dans les urnes en juin 2016 et l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche la même année ont donné des ailes aux responsables politiques de droite et la BBC a échoué à rééquilibrer le débat. »