Yermolenko: «Le régime Poutine, c'est le fascisme paré des atours de l'antifascisme»

Par

Dans l'est de l'Ukraine, les milices pro-russes ne cessent de renforcer leurs positions. Les observateurs de l'OSCE sont toujours retenus en otage et les séparatistes qui tiennent Sloviansk se sont emparés mardi de la préfecture régionale. Décryptage de la politique russe et des enjeux ukrainiens avec un jeune chercheur ukrainien, Volodymyr Yermolenko.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La situation dans l'est de l'Ukraine est loin de s'arranger, au contraire. Mardi, les séparatistes qui tiennent la ville de Sloviansk se sont emparés de la préfecture régionale. Ce mercredi, le président ukrainien par intérim Oleksandr Tourtchynov a avoué que les forces de sécurité étaient incapables de reprendre rapidement le contrôle des régions de Donetsk et Lougansk. En début de semaine pourtant, les États-Unis avaient décidé de renforcer les sanctions vis-à-vis de la Russie, en visant sept nouvelles personnalités et 17 sociétés proches du président russe (lire notre article). L'UE, quant à elle, a allongé sa liste : le gel des avoirs touche désormais un ensemble de 48 personnalités.