Mediapart Live débriefe les européennes

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 30/05/2019 14:12
  • Par

Encore une fois en arrivant sur la une, je suis agressé par la mise en route systématique de ce live que je n'ai pas envie de suivre en ce moment mais qui m'est imposé.

Ne peut on pas laisser au moins la possibilité de choisir entre lire l'écrit et écouter cette vidéo pas forcément voulue ?

Ah zut, moi c'est l'inverse ; je voudrais la regarder mais elle ne se met pas en route.

 

Il faut appuyer sur le bouton pause, ou changer de page, ou désactiver le son ... ou acheter internet pour les nuls .... innocent

Sinon, un live très intéressant ...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

De plus Mediapart fait le choix d’une analyse sous le tropisme « gauchien ».c’est dommage, un débat contradictoire  sur les résultats électoraux aurait été plus informatif

 

Exclusif Européennes : insatisfaite, au cri de "rallongez élection" FI en redemande et veut un second tour…

En plein "Roland Garros", redoutons sans détour qu'elle puisse ainsi devenir la peine du tennis.

Sans atours, sur son cas les docteurs se penchent, c'est simple : elle cède à la panique.

 

le direct vidéo ne fonctionne pas 

ni sur mediapart

ni sur youtube

Ça fonctionne trop bien chez moi. On échange.... laughing

C'est ainsi que je l'avais senti à la seule lecture de la distribution. Peut être vais je écouter cela en diagonale ce soir...

Les 3 partis du Frexit : Dupont Aignan + Asselineau + Philippot = 5% à diviser par 2 si ont tient compte de l'abstention, des votes blancs ou nuls ...

L'extrême droite europhobe n'était pas invitée au débat, sur Mediapart cela me parait logique.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Jean Mo, anti-Gilets jaunes radical, nous a affirmé qu'il était EELV, autrement dit c'est un proche de la Macronie. Toujours se méfier des donneurs de leçons "antifa" qui se répandent sur les réseaux sociaux, purs et durs dans la lutte contre le "néo-bolchévisme".

Kouvélakis est un ex-PCF qui a viré trotskyste - ce qui explique les invitations à Mediapart. Les itinéraires de la diaspora grecque sont parfois compliqués. Il a toujours eu de bonnes analyses. Mais quand même. Kouvélakis a soutenu Tsipras. Il était un très proche de ce pouvoir, étant à la direction de SYRIZA, c'est-à-dire qu'il connaissait parfaitement son programme conservateur et €uropéiste emprunté au PASOK dans la période 2012-2014. Kouvélakis, toujours fermement positionné contre le KKE, a ainsi raconté aux électeurs grecs qu'il pourrait en sortir autre chose. C'est cet ex-courant de gauche de SYRIZA, représenté par Lafazanis, qui fait le plus les frais de la sanction populaire.

Merci de me confirmer que j'avais bien fait de ne pas perdre mon temps à regarder ça.

Les 3 partis du Frexit : Dupont Aignan + Asselineau + Philippot = 5% à diviser par 2 si ont tient compte de l'abstention, des votes blancs ou nuls ...

L'extrême droite europhobe n'était pas invitée au débat, sur Mediapart cela me parait logique.

Dupont-Aignan ne défend pas le Frexit, il est sur les mêmes positions ambigues que les autres partis, "l'autre Europe". Philippot ne représente que lui-même (il aurait voulu être en position éligible sur la liste de Dupont Aignan...) et l'UPR n'est pas europhobe ni d'extrême droite, c'est un mouvement politique qui défend l'idée de restaurer la démocratie, soit la position inverse de vos amis d'EELV et de LREM qui placent d'autres valeurs au-dessus de la démocratie, de la défense du service public et des salaires.

C'est exactement ce que je venais constater et dire..C'est épuisant à la fin ce parti pris systématique et cet aveuglement, ainsi que cette contribution à la perte de repère et à la désinformation de notre peuple !!

ENCORE UNE FOIS ASSOCIER ASSELINEAU À L'EXTRÊME DROITE "EUROPHOBE"

MARRE ! Ce genre de débat décidément m' EMMERDE, ceux qui ne peuvent pas le voir, je vous rassure tout de suite ,vous êtes des p'tits veinards !kiss

Tiens je m' saoule la tronche  , CARPE DIEM! Je rote ,je pète, c'est la fête!

Coluche , au s'cours ! https://www.youtube.com/watch?v=1zgip5IIv_E

Quand ch'pense que Yannick Jadot est devenu la personnalité préférée des Français à l'issue de ces élections! C'est à pleurer ...Pas vrai Monsieur l'Abbé! Plus de 9 000 000 000 de pauvres en France en 2019 ! Des chômeurs, des précaires ! C'est pas vrai! J'y crois pas !

abbee-pierre
HIC ! Saloperie, trop de soufre! HIC ! Saloperie, trop de soufre!

  • Nouveau
  • 30/05/2019 17:43
  • Par
Il n'est plus possible de revoir la conférence ?

Sur YouTube, en 3 temps

Je ne me lancerai pas dans les enjeux européens.

L'étude relayée par Annick Valibouze (les-crises.fr) montre que chaque groupe a perdu plus de la moitié de ses votants en 2 ans, depuis le 1° tour 2017(FI plus que les autres.)

Or le gouvernement, avec son bras de fer violent contre le mouvement social, puis Macron au long de son tour de France, ont transformé l'élection européenne 2019 en réélection présidentielle pour qu'il continue le train de reformes réactionnaires.

Ils ont déployé une énergie sans précédent sur des thèmes de droite et d'extrême-droite.

resultats-e-europeenes-2019.jpg

Or EM et RN ont perdu chacun 5 million de votes !

Je n'ai pas pris le temps de calculer la perte de ce bloc globalement. 

C'est un point important à étudier dans ses causes et conséquences. 

La réforme de l'État, puis des retraites ne va rien arranger.

Ce régime s'est révélé extrêmement méprisant menteur et violent contre tous ceux que "la Modernité" laisse démunis sur le bord de la route.

Ça se paye.

Vous comparer un 1er tour d'élection présidentielle avec une élection pour le parlement européen????

C'est stupide.

Ben stupide pas tant que ça.

Macron lui-même a voulu mesurer ses soutiens en s'investissant à fond pour sa pomme. Et il a perdu plus de 3,5 millions de voix, soit environ 41% par rapport au 1er tour de la prési. Les vrais soutiens de macron sont allés voter en bons petits soldats du gourou, mais la perte est bien réelle !

Les européennes montrent que Macron n'est pas du tout assuré de l'emporter au 2° tour des présidentielles face à Le Pen.

Après avoir réussi à atomiser comme il faut la gauche - ce qui n'est pas difficile quand on considère la capacité de la sociale démocratie à trahir les intérêts des classes défavorisées au profit du capital - la classe des possédants et des rentiers est devant un dilemne.

En effet, les réactionnaires conservateurs doivent trouver un autre poulain s'ils ne veulent pas de l'extrême droite au pouvoir.

Ce n'est pas un drame insurmontable pour eux s'ils n'y parviennent pas.

L'histoire montre que cela ne les trouble pas non plus et l'Ibizagate montre que l'extrême-droite s'offre facilement au donateur qui lui finance sa campagne. Est-ce bien différent pour les autres ?

La seule issue d'un avenir démocratique raisonnable en France parait donc reposer sur la capacité des partis de gauche à s'entendre sur un programme commun et un candidat. Il sera peut-être beaucoup plus facile pour eux de s'entendre sur la rédaction du premier que sur la désignation du second.

Pourquoi ne pas le désigner par tirage au sort et promouvoir enfin les idées que la personne ? Laquelle s'engagerait à respecter le programme sur lequel elle est élue.

Ce serait un vrai progrès démocratique. Mais n'est-ce pas un peu contraire à la culture politique française qui prend trop facilement comme référence Bonaparte ? Les atavismes culturels franchouillards sont assez persistants. Voir Jupiter et sa conception très égocentrée et verticale du pouvoir. Et ce n'est pas le premier du genre.

Réponse à JEAN MO  19 h43

Eh non !

Depuis 6 mois ils se sont dépensés sans compter pour faire de ce vote une présidentielle bis. 

Résultat piteux. Une déroute la moitié des électeurs Macron et RN n'ont pas répondu aux chefs.

Ça dérange la classe dominante.

C'est différent pour les formations de gauche qui se sont placées sur les enjeux européens, voie difficile, ardue.

Leur stratégie d'action à venir au sein du Parlement UE reste à inventer.

 

"...comparer un 1er tour d'élection présidentielle avec une élection pour le parlement européen..." n'est pas si stupide... vu le taux de participation... Les élections européennes servent avant tout à se compter... et le moins que l'on puisse remarquer c'est que le RN a compté large... l'électorat PS a revêtu l'habit vert... sans conséquence politique donc.

Les perspectives à gauche ne sont pas des plus réjouissantes...

 

"La seule issue d'un avenir démocratique raisonnable en France parait donc reposer sur la capacité des partis de gauche à s'entendre sur un programme commun et un candidat. (...) Pourquoi ne pas le désigner par tirage au sort et promouvoir enfin les idées [plutôt] que la personne ? Laquelle s'engagerait à respecter le programme sur lequel elle est élue."

Merci : c'est du bon sens au vu de la situation (jeux d'appareils + exigences citoyennes).
Je ne sais pas s'il a de l'avenir, pour reprendre une énième formule préemptée par des banquiers.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Nous sommes encore à l'époque où l'image domine et les images sont souvent des mirages.

Beaucoup ont pris l'ombre pour la proie et je crains un avenir plein de brutalités et de réactions violentes.

Effectivement, ce nouvel échec du processus électoral pourrait conduire les plus révoltés ou désespérés à sortir de la légalité ! Les gens heureux, même largement majoritaires, n'ont jamais rien fait avancer !

Soyons malheureux pour devenir heureux, quel bonheur..smile

Le jour où les « gens de rien » se révoltent sans que les « bienheureux » inspirés n’aient rien vu venir, ceux-ci en profitent pour mobiliser exclusivement leurs efforts dans une campagne électorale sans réel enjeu, déconnectée de ce mouvement social unique.

La priorité des « bienheureux » est de se compter en vue de promouvoir parmi eux les premiers de cordée qui seront les sauveurs suprêmes de tous les « gens de rien ». La suite est connue.

Bien tristement, Oui  je suis d'accord ,sur Vos craintes , et cela je le ressent ,depuis déjà -10 -ans 

Tant de mots écrits ou prononcés pour dire que, finalement, on va rien changer, ou vraiment pas grand-chose ? Mais enfin que ce soit le RN ou LRM ou les Verts,  qu'est-ce que ça peut faire : L'U.E. est comme elle est inchangeable, irréformable, congelée dans ces traités à l'unanimité.

Et il faudrait croire que Macron va y faire quelque chose ? Macron ou les autres ?

Je suis sans doute béotien en politique, mais quand j'entends "nationalistes vs. progressistes", j'entends "nationalistes vs. ceux qui depuis plus de 10 ans créent les conditions de croissance  des réactions nationalistes et qui affichent "courageusement" de ne pas vouloir changer de cap" … Ne devrait-on donc pas se poser très rapidement la question de comment sortir urgemment de ce "progressisme" qui conduira sinon à une présidence nationaliste  très prochaine ?
Peut-être donc aussi arrêter de vouloir masquer les symptômes des conséquences des politiques actuelles (nationalisme, violence, xénophobie, …) mais en comprendre et traiter les causes (montée des inégalités sociales, recours à "l'esclavage" dans les pays pauvres avec le soutien de nos ventes d'armes, recours à la robotisation dans une seule logique de profit, etc.).
La politique rejoint l'écologie (la science, pas les idéologies) en ce sens que, au-delà des espèces animales et végétales, l'homme dégrade aujourd'hui les conditions de vie des plus précaires des siens un peu partout dans le monde déclenchant leurs réactions de survie parfois violentes, agressives, égoïstes, toujours désespérées ? 

Il s'agit de vocabulaire et de communication. Je ne vois pas vraiment en quoi le FN serait nationaliste ni en quoi LREM serait progressiste. En revanche, ce que ces mots cachent ce sont les idées qui leur sont associées, préjugés que vous reproduisez à votre insu : ainsi la politique et la démocratie conduiraient à la violence, tandis que le dialogue social et le consensus au sein de l'UE, si bien incarnés par Macron, conduiraient à l'apaisement des sociétés, à un meilleur vivre ensemble dans un monde sans frontières.

Finalement, moi qui n'ait jamais voté gaullistes, je crois que, la prochaine fois, je vais voter R.N. ? Pour faire ----  tous ces clampins qui se croient autorisés à des compromis économiques ou politiques, ou représentatifs, ou environnementaux, et tout ce que vous voudrez comme mauvaises raisons, pour acquérir un portefeuille personnel et les éléments de langage…? Donc toutes ces fausses catégories politiques pour ne rien faire.

Le "live débriefe" quand il s'agit de tirer un bilan en direct... 

Langue malmenée par les journalistes eux-mêmes.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous