East End de Londres: pourquoi ils ont voté à l'extrême droite

Par
La percée remarquée des partis xénophobes et eurosceptiques britanniques lors des dernières élections européennes ne fera peut-être pas illusion longtemps. Exprimé comme une sanction vis-à-vis de la classe politique, le vote des racistes de l’East End de Londres a surtout profité de l’abstention record des électeurs de gauche dans ce bastion de la classe ouvrière travailliste, dont la situation économique est au plus bas depuis plus d'un demi-siècle. Reportage chez ces électeurs qui ont envoyé deux représentants du British national Party au parlement européen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A l’est de Londres, toujours plus à l’est, dans le comté de Barking and Dagenham de l’outer East London, un bastion traditionnellement travailliste, les eurosceptiques de tous bords ont fait un score remarquable lors des dernières européennes. A eux deux, le BNP (British national party) d’extrême droite et l’UKIP (United Kingdom independence party) ont raflé plus de voix que les travaillistes de Gordon Brown. Mais si ces deux formations prônent un retrait de l’Union européenne et font bombance d’arguments racistes et anti-immigrés, les similitudes s’arrêtent là.