La «hawala», outil pour les pauvres ou instrument du terrorisme?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si vous en parlez sur le marché noir d’Al-Ataba, au Caire, on vous niera son existence et la tension montera immédiatement. Rares en Égypte sont les personnes qui vous avoueront l’utiliser personnellement. Certains diront qu’elle existe, certes, qu’ils ont peut-être une lointaine connaissance qui l’a utilisée, mais le conseil sera toujours le même : avec l’apparition des lois contre le financement du terrorisme, c’est trop risqué, voire impossible. Il vaut mieux passer par les banques, le leader mondial du marché Western Union ou bien les quelques startups qui tentent en vain de le concurrencer.