Le roi du Maroc souhaite l'élection rapide d'un nouveau parlement

Par
Un mois après l'adoption par référendum de la réforme constitutionnelle, Mohammed VI demande une élection rapide du Parlement pour désigner un chef de gouvernement

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un mois après l'adoption par référendum de la révision constitutionnelle, le roi du Maroc, Mohammed VI a appelé à l'élection rapide d'un nouveau parlement. Samedi, lors d'un discours célébrant la douzième fête de son trône, le roi du Maroc s'est déclaré en faveur de l'élection de la nouvelle chambre des représentants, afin de nommer rapidement un chef de gouvernement.
Dans ce discours, Mohammed VI a insisté pour que « les partis politiques redoublent d'efforts pour favoriser la réconciliation des citoyens, surtout les jeunes, avec l'action politique ». Tout « atermoiement risque d'hypothéquer cette dynamique de confiance et de dilapider les opportunités qu'offre la nouvelle réforme », a-t-il encore dit.
Samedi, Mohammed VI s'est également prononcé pour la réouverture des frontières terrestres avec l'Algérie, fermées depuis 1994 à la suite d'un attentat islamiste à Marrakech imputé aux services secrets algériens par Rabat. Le roi du Maroc a aussi souhaité une normalisation totale des relations entre ces deux voisins du Maghreb, longtemps contrariées par le Sahara Occidental qu'occupe Rabat depuis 1976.