Obamacare: l'honneur de McCain face à Trump

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.-  Il a fallu qu’elle frôle l'abîme pour que la politique américaine retrouve un semblant de sens. À trois voix près, trois voix républicaines, le Sénat a coulé un projet de loi qui aurait privé de couverture médicale 16 millions des ressortissants de la première puissance économique mondiale. Après sept ans de simagrées, plus de 60 votes aussi symboliques que tonitruants pour l’abrogation d’une assurance médicale nommée, pour son malheur, Obamacare, et décrite comme le principal fait d’armes du président sortant, les républicains, nantis de la majorité dans les deux chambres du Congrès depuis janvier, n’ont pourtant pas eu le cran de commettre l’irréparable. L’échec de leur “skinny bill”, un projet de loi “maigre”, allégé, mais tout aussi nocif que les trois textes proposés par la Chambre des représentants depuis mai, illustre le premier revirement parlementaire contre la démagogie de l’ère Trump, la rupture de plus en plus évidente entre le Congrès et une Maison Blanche chaotique et inopérante, autant qu’une crise institutionnelle du pouvoir américain.