Côte d’Ivoire: la vieille garde s’accroche et provoque une crise politique

Par François Hume-Ferkatadji et Olivia Macadré

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abidjan (Côte d’Ivoire).Avec 900 000 électeurs de plus inscrits sur le fichier électoral (une hausse de 13,6 % du nombre de votants par rapport au scrutin de 2015), l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire – la première à enjeux depuis 2010 – devait être l’occasion d’entériner un retour durable de la paix dans le pays, qui a connu des années relativement apaisées, après plusieurs décennies de troubles. Depuis la mort du père fondateur Félix Houphouët-Boigny en 1993, la Côte d’Ivoire n’a jamais connu de scrutin transparent et pacifié, ni d’alternance démocratique.