G20: Trump annule une rencontre prévue avec Poutine

Par
Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi qu'il ne rencontrerait pas son homologue russe Vladimir Poutine en marge du sommet du G20 organisé vendredi et samedi en Argentine, une décision qu'il a justifiée par le regain des tensions entre la Russie et l'Ukraine.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi qu'il ne rencontrerait pas son homologue russe Vladimir Poutine en marge du sommet du G20 organisé vendredi et samedi en Argentine, une décision qu'il a justifiée par le regain des tensions entre la Russie et l'Ukraine.

"Dans la mesure où les navires et les marins n'ont pas été remis à l'Ukraine par la Russie, j'ai décidé qu'il serait mieux pour tout le monde d'annuler la rencontre prévue en Argentine avec le président Vladimir Poutine. Je participerai avec enthousiasme à un autre sommet dès que la situation aura été résolue", a-t-il écrit sur Twitter depuis l'avion présidentiel Air Force One qui l'emmenait à Buenos Aires pour le sommet du G20.

Donald Trump déclarait une heure auparavant à des journalistes qu'il rencontrerait sans doute Vladimir Poutine, jugeant que "le moment était propice à une réunion".

L'annulation de cette rencontre marque un changement de ton du président américain, qui a répété par le passé vouloir une relation chaleureuse avec son homologue russe et s'est refusé à le critiquer au sortir de leur sommet à Helsinki en juillet.

Ce revirement de Donald Trump a pris par surprise les représentants russes, informés par la presse de la décision du chef de la Maison blanche.

Le porte-parole du Kremlin a déclaré à l'agence de presse RIA que Moscou regrettait la décision de Donald Trump et était disposé à entrer en contact avec lui.

"Une annulation signifie que les discussions sur des questions internationales majeures sont reportées pour une durée indéterminée", a déclaré Dmitri Peskov.

Donald Trump a pris sa décision après s'être entretenu avec ses principaux conseillers, favorables à une approche plus ferme vis-à-vis de Moscou. Selon la porte-parole de la Maison blanche, une réunion s'est tenue à bord d'Air Force One entre Trump, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, le conseiller à la sécurité nationale de la présidence, John Bolton, et le secrétaire général de la Maison blanche, John Kelly.

La tenue d'une rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine aurait pu être néfaste en terme d'image pour la Maison blanche, au moment où les tensions entre Moscou et Kiev sont montées d'un cran et après que l'ancien avocat personnel de Trump a plaidé coupable de faux témoignage dans le cadre de l'enquête menée aux Etats-Unis sur les soupçons d'ingérence russe dans la présidentielle de 2016.

Les forces russes ont ouvert le feu et arraisonné dimanche trois bâtiments de guerre ukrainiens qu'elles accusent d'avoir franchi illégalement la frontière maritime russe et de ne pas avoir obtempéré aux sommations.

Ce nouvel épisode a ravivé les tensions entre Occidentaux, qui soutiennent le gouvernement de Kiev, et Russes, qui ont annexé la Crimée en 2014 et qui appuient les séparatistes pro-russes actifs dans l'est de l'Ukraine.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale