L'Iowa ouvre des primaires républicaines assez désespérantes

Par

Cela fait presque un an que la campagne des primaires américaines a démarré chez les républicains. Mitt Romney demeure le candidat qui a le plus de chances de l'emporter malgré le manque d'enthousiasme des conservateurs à son égard.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La kermesse quadriennale que sont les élections primaires américaines dans l'Iowa sont de retour. Mardi 3 janvier, quelques dizaines de milliers d'électeurs de ce petit État du Middle West des États-Unis vont braver le froid et la neige, en plein milieu de semaine, pour participer à un système byzantin de débat suivi d'un vote (les caucus), qui est la première marche de la course à l'investiture pour les prétendants républicains à la Maison Blanche (les démocrates sont excusés cette année, leur champion Barack Obama n'ayant aucun challenger dans son parti). Cette incongruité démocratique − les habitants de l'Iowa sont bien plus blancs, plus ruraux, plus religieux, et généralement plus riches que leurs concitoyens dans le reste du pays − commence à lasser même les commentateurs politiques patentés (voir ici ou ), lesquels vivent pourtant de ce spectacle iowien qui voit des candidats ultralibéraux tenir des réunions de campagne dans des granges devant dix personnes en chantant les vertus des subventions étatiques pour produire de l'éthanol (l'Iowa est un gros producteur de maïs), ou d'autres prétendants deux fois divorcés louer la fidélité et les valeurs familiales.