Au Mexique, les méthodes inédites du nouveau président

Par Marie Hibon
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

"Affable avec les citoyens – il circule avec une sécurité minimale et ne refuse jamais une photo ou un bain de foule"

Ce n'est pas demain qu'on verra ça chez nous où le minable qui nous sert de président ne peut se déplacer sans des milliers de CRS autour de lui, battant même le record de Sarko (avec lequel il vient d'ailleurs, toute honte bue, de commémorer les sacrifices des résistants des Glières). La semaine dernière, déplacement chez nous ; un centre ville en état de siège, interdit d'accès sur des km², et au final des rues désertes. On se serait cru un dimanche à 6h du matin. Rapporté par le journal local : deux touristes qui demandent si on est en guerre (sic!). Quant à l'article, il est assez mauvais et d'un fort parti pris. Aucune réflexion en profondeur sur la difficulté de changer du jour au lendemain un pays gangrené par des décennies de corruption et de violence et des accusations à peine voilées de populisme. AMLO, le nouveau Chavez de Médiapart ou juste un médiocre article de journaliste débutante ? A noter qu'il n'y a aucun autre article d'elle et qu'elle n'apparaît pas dans la rédaction de Mdp???

Mediapart comme beaucoup de médias fait appel à des correspondants étrangers sur des sujets pour lesquels ils n'ont personne qui le maîtrise suffisamment et/ou puisse se rendre sur place. Naturellement, il y a tout à parier que le correspondant en question appartienne à un milieu d'expatriés ou assimilé, tendance "libéral de gauche", sous influence états-unienne. Ce sont les limites de l'exercice, en tout cas tel que le pratique Mediapart.

. « Le Mexique a été hypnotisé pendant des années par une politique néolibérale de privatisations qui n’a jamais attiré l’investissement promis. Comme c'est bien dit...

Elle ne fait pas partie de la rédaction de Mediapart, et c'est sans doute une journaliste débutante, indépendante (je vous laisse le qualificatif de "médiocre"). Elle a déjà eu un article ici à Mediapart, au début du mois, et, au mois de novembre 2018, un autre, sur la chute d'El Chapo, dans le journal belge L'Écho.

...mais, ...alger, ce sont des millions de personnes qui défilent dignement !

...mais, ...mexico, les pipe-lines sont asséchés et les mexicains applaudissent !

...mais, ...en france, les jaunes sont moins nombreux que les enseignants à défiler,...

et les ronds-points ne sont tjrs pas asséchés...

Moins nombreux que les enseignants ? Même les chiffres de la police vous contredisent !!!

De la construction d'un mythe ... j'ai fait les manifs des samedis et les manifs des profs, il n'y a pas photo, au bout de 20 actes, j'espère GJ sont les plus nombreux.

Environ 500 000 profs dans le publics, c'est le nombre de gilets jaunes qui sont sortis le 17 novembre. Donc à moins que 100% des profs soient dans la rue ...

Autrement dit, de 500000 ( peut être ... ) pour la première en novembre, a 50000 samedi dernier le « nombre jaune » a rétrécit de 90% ...!!!

Faudrait peut être envisager de déposer le bilan...

Pour rappel, ce sont les chiffres du ministère de l'interieur qui est litteralement en guerre contre les gilets jaunes. Et ce ministère a deja diviser par au moins 12 le nombre de gilets jaunes lors de certains samedi. Du coup, 50k est clairement faux.

AMLO fait donc une conférence de presse chaque jour, fait la queue à l’aéroport, a réduit son salaire et celui de bureaucrates et augmenté légèrement le salaire minimum..

Et à part cela, concentrer tout le pouvoir entre ces mains et tenir des propos démagogiques que fait il concrètement ?

Soit. C’est donc pour cela qu’il donne l’impression d’être ministre de la parole...

L'article vous a répondu: le vrai pouvoir est entre les mains de l'oligarchie.

J'ai lu 2 ou 3 articles un peu plus fouillés que celui de Médiapart - oui, il fait plus que ce que semblez dire.

Quant à savoir quel sera le résultat à moyen terme, j'ai l'impression que personne ne peut encore en avoir une idée.

Mais qu'après 30 ans de népotisme le président de ce pays lance une campagne de revalorisation des bas salaires, et tente de s'attaquer à la corruption , on ne peut vraiment que saluer ça.

Sauf qu'il s'attaque à des forces très puissantes, soutenues qui plus est par les USA, et qu'il ne compte comme conseillers que des membres d'un groupe très restreint de proches qui lui sont un peu trop liés par des relations économiques.

Conclusion personnelle provisoire : un bel élan, attendons de voir s'il peut se concrétiser ou pas.

Amicalement.

bonjour.

Il existe toutes sortes de corruptions, vous le savez. Cela commence par la petite corruption répandue en raison de la pauvreté des revenus en passant par l'attribution des ressources aux administrations et associations pour terminer par les dessous de table des contrats. Les privilèges héréditaires et le népotisme en sont une forme détournée aussi.

- la petite corruption dans le climat actuel attisé par le discours officiel et l'enthousiasme populaire est devenue honteuse: difficile de savoir dans quelle proportion elle recule.

- l'attribution des ressources s'effectue contre justification des dépenses en théorie. Il y a du boulot en raison des tours de passe-passe d'écriture mais les militants veillent. Cela dit ils paient parfois de leur vie leur intégrité. Cela est valable aux niveaux fédéral, de l'Etat et municipal et la question est de savoir qui l'emportera de la peur ou de la justice.

- Changer les pratiques qui prévalent au niveau mondial pour la vente des produits me semble hors de portée d'un gouvernement, surtout dans des milieux où l'enrichissement est perçu comme une valeur positive.

- En contexte latin je ne vois pas comment éviter le favoritisme dans les processus de sélection puisque ce n'est pas perçu comme corruption mais comme une chose naturelle tout comme léguer sa charge à ses enfants. Si l'on observe les pratiques en France chez les notaires par exemple, on se rend compte qu'il ne s'agit pas d'une spécialité latino-américaine.

Cela dit l'espoir est immense et l'article rend assez bien le contexte inédit vécu dans ce pays je trouve.

Et le Chiapas ?

J'allais justement en donner des nouvelles...Extraits récents de la Revue d'Actu:

Tout gouvernement réformiste (aménageur du capitalisme), même et peut-être surtout si il combat la corruption...est voué à ouvrir la voie au pire...

On peut déclarer aussi la fin officielle du néolibéralisme si ça peut vous faire plaisir ! 

Prenez plutôt votre envol avec la renaissance Loiseau* et les ailes que lui donnera l'Europe après lui avoir donné ses racines. Vous y serez, il n'y a pas de doute, à votre aise. Tant de "courants d'air" vous permettraient de rejoindre le grand maelström de la pensée complexe, encore plus complexe que la vôtre wink.

*« L’Europe nous a donné nos racines. Ce que nous voulons, c’est qu’elle nous donne des ailes. »

Une bonne part de l'inouïe violence au Mexique tourne autour de la drogue qui fonctionne, je crois, comme une véritable économie parallèle. Si l'économie première va mieux, le trafic sera-t-il affaibli ? Comment attaquer les cartels ? L'armée était, je crois, très impliquée; les nouvelles milices résisteront-elles à la corruption ? Un espoir en tout cas.

Bonsoir,

Vous faite bien de citer la drogue comme économie, s'il n'y avait pas une immense demande des administrés à Trump...y aurait il une économie de la drogue.

Idem pour toute la Terre

Nuancé, vraiment? Je trouve l'information intéressante mais hélas une grande naiveté affleure tout au long de l'article.

" Andrés Manuel López Obrador a remporté l’élection en promettant la fin de la corruption et de la « mafia du pouvoir » "

Déjà quand on connaît le Mexique et la région, de telles promesses devraient inciter à la prudence voire inquiéter (cf. l'exercice du pouvoir des présidents de gauche élus il y a 10 ans en Amérique centrale sur ces mêmes promesses et se sont avérés être des voleurs ou des tyrans -  au Nicaragua ou au Salvador par exemple).

Si c'était des tyrans, comment ça se fait que la CIA les a remplacée par pire

Peut-être que la CIA s'en fout du travail de l'action de ces personnes dans leur pays et est juste intéresser par la défense des intérêts US ou plutôt du grand capital US à la botte de qui elle travaille ?

On sait depuis la doctrine Monroe que les Amériques sont chasse gardée de l'Amérique (les USA) il est intéressant de voir que les russes interviennent aujourd'hui au Venezuela et il faudra voir la suite de cette histoire. Par ailleurs au cours du temps la chasse gardée des USA s'est élargie par exemple au Moyen Orient on sait que feu saddam hussein avait été mis par la CIA et qu'il n'est sans doute pas le seul, il y a l'Egypte.......

En conclusion la politique étrangère US surtout de l'ombre comme celle d'autres puissances est plus dictée par les intérêts de certaines de ces élites affairistes plus que par la défense d'idéaux voire même de la majorité de leur population. C'est hélas aux dirigeants des pays en question qu'il incombe de protéger les intérêts de leur peuple contre les vautours et autres rapaces, parfois ils sont corrompus, parfois incompétents ou impotents.....dès lors c'est la communauté internationale les ONG qui prennent le relais parfois  mais bon on voit bien que le combat est biaisé avec des campagnes médiatiques orchestrée comme celle précédant l'invasion de l'Irak et on peut être pessimiste sur le recours à cette voix à l'instar du discours de Villepin à l'assemblée générale.

Bonjour,

La CIA s'en fout.....sauf si comme vous le dite y a les intérêts de leurs multinationales en périls, donc relisez mon petit post

J'ai 67 ans, je connais un peu les interventions musclés de la CIA pour faire tomber des élus de "gauche" qui pourraient être une menace pour les intérêts du capitalisme à outrance.

Ce qui ne veut pas dire que je cautions et de loin tout ce que les soviets ont fait.

Pour les deux, maintenant pour les trois (Chine) le bien être des peuples est le dernier de leurs soucis.

Dire quand redistribuent un peu de leurs immenses richesses les peuples ne se révolteraient pas 

Pour le bien être de la planète... Ne faudrait il pas mettre en place une réduction des naissances...

 

Je ne suis jamais allé au Mexique et le chiffre hallucinant de 33000 homicide ne me donne pas franchement y envie d'y aller même s'il paraît qu'il y a de belles plages et des temples Aztèques. Merci pour l'article, il est bon de voir que quelqu'un essaie quelque chose pour sortir cette puissance emergente qui doit être dans les 20 premiers PIB mondiaux des travers desquelles elle n'arrive à se défaire entre autre corruption et inégalités. Espérons qu'à la fin de son mandat il y ait un mieux.

rassurez-vous, les touristes n'y prennent pas plus de risques que dans d'autres pays car les victimes sont des gens du peuple soumis á l'extorsion et qui ne peuvent plus honorer les exigences des malfrats, des avocats et des politiciens ou les membres des cartels. 

Vous n'en faites pas partie et pouvez bronzer tranquillement á Cancún ou Huatulco ou vous balader dans les sites archéologiques.

Merci pour ces précisions, il ne faut pas oublier les journalistes parmi les victimes. Effectivement quand on se cantonne au zone touristiques on prend relativement peu de risques à conditions de ne pas se retrouver à coté d'anglais alcoolisé mais c'est vrai que bon j'aime bien sortir des sentiers battus.....mais bon comme vous dite dans tous les pays il y a des risques, c'est à chacun de savoir où il va et quand il y va et parfois on peut toujours se perdre ou se prendre une balle perdue.

" il ne faut pas oublier les journalistes ": autant pour moi !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

AMLO ne serait il pas l’hologramme mexicain de Mélenchon ?

C’a promet... 

  • Nouveau
  • 01/04/2019 11:34
  • Par

Je reviens tout juste du Mexique.

Ce président qui a nommé une pseudo-scientifique à la tête du CONACYT et joue des thèmes à la mode pour justifier la mise en poste d'incompétents notoires est particulièrement honni par les scientifiques qui apprennent que des coupes budgétaires et un pilotage féroce de la Recherche va s'abattre sur eux.

Il ne faut pas se laisser leurrer par la geste de ce président omniprésent qui maintenant occupe les ondes tous les matins en de mesquins monologues.

Certes des écrivains illustres comme Paco Ignacio Taibo II se sont vus octroyer des fonctions éditoriales suprêmes que la loi a longtemps interdit à des non ressortissants de "sang" mexicain.  AMLO a fait changer une loi très xénophobe: certes ceci ne s'est pas fait sans prendre des risques car il a fallu s'y prendre à deux fois pour que la loi organique fixant les conditions de direction d'une entreprise nationale soient changées par le parlement qui avait été lors d'un premier vote échaudé par les déclarations vengeresses outrancières de PIT-II.

AMLO n'est pas l'hologramme de Mélanchon du tout, ni dans son programme ni dans sa manière de voir l'avenir de ce pays corrompu jusqu'à l'os.

Sur le dossier des femmes battues, par exemple, AMLO a préféré supprimer des services qui géraient la question et qui étaient corrompus car souffrant de détournements de fonds publics plutôt que d'attaquer de front ce cancer typiquement mexicain.

Et si l'on devait parler du pouvoir des "syndicats" on comprendrait ce que pourrait devenir un pays qui tomberait aux mains des seules UNSA/CFDT et CFTC.

J'aime le Mexique, mais je ne crois pas du tout qu'AMLO changera profondément ce qui cause son maintien dans le classement des pays les plus corrompus au monde.

 

Le seul élément qui pourrait expliquer que Maria Alvarez Buylla soit qualifiée de "pseudo-scientifique" par ses adversaires, c'est sa position sur les aliments génétiquement modifiés.

https://es.wikipedia.org/wiki/Mar%C3%ADa_Elena_%C3%81lvarez-Buylla

Il y a çà et il y a l'orientation du CONACYT qui se tourne résolument vers la Science utilitaire et le dirigisme que nous connaissons déjà bien en France.

Et puis il faut bien l'avouer, ce gouvernement fait déjà la part belle aux pétroliers, et ce n'est pas demain la veille qu'on verra la conscience écologiste pointer le bout de son nez dans le nuage toxique de Mexico.

(femmes battues): "ce cancer typiquement mexicain"

SIC!

l'écologie est un luxe de riches. C'est déplorable, mais lorsque vous tirez le diable par la queue pour maintenir votre véhicule qui fournit le seul maigre revenu, il est hors de question de remplacer le pot catalytique par un autre: un échappement direct fait parfaitement l'affaire et la police fait la "vista gorda" (est tolérante) contre quelques sous ou tout simplement parce qu’entre pauvres on est solidaires.

malheureusement...désolé pour la formulation, mais c'est une plaie.

Pour ce qui est de l'écologie à Mexico même, il faudra au moins 30 ans pour régler le problème de l'accès à l'eau potable, l'assainissement, et la qualité de l'air...sans parler de l'urbanisme déstructuré qui pollue la vue.

Je crois pouvoir dire que cette ville est la seule à vous souhaiter la "bienvenue" par ces miasmes et odeurs pestilentielles d'égouts à ciel ouvert dès le seuil de la porte de l'avion.

Le seul cour d'eau naturel qui ne pue pas la merde est le réseau de canaux aztèques de Xochimilco...d'où cependant la salamandre endémique a effectivement disparu.

Vous êtes-vous posé á Alger par exemple ? Ou en Asie...

Ces problèmes que vous mentionnez sont communs au tiers-monde.

Et je ne vous pardonne pas votre ethnocentrisme: voir la belle carte de France ici  pour vous donner une idée: plus discret mais tout aussi létal.

Ah bon, le Mexique est un pays du Tiers Monde ? on se demande qui est ethnocentrique ici.

Mais pourquoi pas.

Le Mexique, producteur de pétrole mais importateur massif de pétrole raffiné américain...expliquez moi donc si cela correspond à un pays du Tiers Monde dépourvu de ressources ou à un pays globalement sous emprise, et donc financièrement colonisé et asservi non pas du fait du manque de ressources mais du fait de son trop plein de celles-ci.

 

Oui il s'agit bien d'un pays du Tiers monde. Du reste, le fait d'être producteur de pétrole et de devoir importer du pétrole raffiné (ce qui est également le cas du Venezuela) est un indice significatif de ce sous-développement.

Un sacré bol d'air frais !

Souhaitons-lui bonne chance dans ce qu'il faut bien appeler une guerre anti-corruption.

"L’avion présidentiel vendu, le chef de l’État fait désormais la queue pour embarquer, comme tout le monde. "

Quelle leçon pour nos présidents!

Un vrai Sankara... J'adore !

Avant de commencer, je tiens à remercier Alexandra Peralta et David Corlin pour leur relecture attentive et leurs précieux commentaires, ainsi que Fabien Lassalle-Humez pour m'avoir aidé à confirmer que le RIC avait été adopté au Mexique.

 

Ce petit billet a été écrit à la suite de la lecture "Au Mexique, les méthodes inédites du nouveau président". Ma volonté d'écrire ce billet a commencé à germer dès la lecture de l'introduction de cette article, où il est dit que l'objectif du président Andrés Manuel López Obrador (abrégé par la suite en AMLO comme c'est habituellement le cas) est de "frapper fort, quitte à privilégier le symbole aux résultats concrets", et s'est fait de plus en plus forte au fur et à mesure de la lecture de celui-ci. Disons-le très clairement : cet article est écrit de manière très incomplète ce qui le rend au final très décevant, d'autant plus que le sujet abordé est un sujet très intéressant en soi : le Mexique à l'heure de l'exercice du pouvoir par un nouveau mouvement populiste de gauche mené par AMLO, le mouvement de régénération nationale Morena, alors que celui-ci subit de plein fouet les effets d'une politique durable* néo-libérale des plus sauvages, alors que celui-ci est ravagé par la corruption.

En effet, le Mexique, un pays où, depuis la fin de la Révolution Mexicaine (1910-1921), le pouvoir était dans les mains du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI), parti d'essence conservatrice, à l'exception de la période allant de 2000 à 2012 où celui-ci était dans les mains du Parti Action Nationale (PAN), aussi d'essence conservatrice, où un des néo-libéralismes les plus sauvages a été appliqué et où la corruption fait désormais rage, à l'heure de l'exercice du pouvoir par un nouveau mouvement populiste de gauche mené par AMLO, le mouvement de regénération nationale Morena.
Cet article est incomplet sur plusieurs plans. D'abord, sur le plan de la politique extérieure de AMLO, il est seulement dit que celui-ci "a dépoussiéré la doctrine Estrada", s'est refusé de se prononcer sur la légimité de Juan Guaidó, président de l'assemblée nationale et président auto-proclamé du Vénézuela et l'article met en parallèle la présidence précédente de Peña Nieto pendant laquelle le Mexique a joué rôle actif dans le Groupe de Lima, présenté comme un rôle de médiateur dans cette crise. De deux choses l'une : la première c'est qu'on ne peut pas présenter ce groupe comme un simple médiateur. En effet,
Business Insider a révélé (1) que c'était parce que la majorité de ce groupe, essentiellement composé de pays dirigés par des partis conservateurs (Brésil, Pérou, Colombie ...)soutenait Juan Guaidó, ainsi que les États-Unis d'Amérique (d'ailleurs les forts liens entre le parti conservateur états-uniens et le parti de M. Juan Guaidó sont établis (2)), que Juan Guaidó s'est permis d'accentuer la crise au Venezuela en s'auto-proclamant président par intérim. La seconde, c'est qu'il n'est pas fait mention dans cet article que AMLO a tenu des réunions diplomatiques avec des dirigeants espagnoles visant à régler la crise au Vénézuela (3).

Ensuite, sur le plan économique. En effet il est dit, et c'est appréciable, que AMLO a déjà fait une augmentation conséquente du salaire minimum (même si l'inflation a déjà compensé celle-ci), que les seuls projets phares d'investissement d'AMLO sont “une raffinerie de pétrole” et le “train Maya”, et qu'”AMLO aurait stoppé net la construction du nouvel aéroport de Mexico” à la suite d'une consultation populaire. Il faut cependant rajouter que, pendant la campagne électorale, il a fait la promesse de faire un référendum sur ce sujet, la construction de l'aéroport portant atteinte à l'environnement et étant entachée de corruption, comme cela a été souligné dans l'article, mais, et cela n'a pas été dit, de doutes importants planaient sur la solidité d'une telle construction dus à la nature du sol de Mexico, celui-ci supportant d'ailleurs déjà à l'heure actuelle une ville de 9 millions d'habitants sans compter son énorme banlieue. Cette promesse, il l'a tenue, sans jamais dire s'il était pour ou contre cette construction et ce référendum a donné lieu à une victoire du non. Par ailleurs, l'objectif de AMLO, au niveau pétrolier, n'est pas seulement de construire une nouvelle raffinerie de pétrole mais de revenir sur la privatisation du secteur pétroler (4) et de faire en sorte que le Mexique devienne autonome sur le plan énergétique (5). Enfin, tout récemment, et l'auteure de l'article ne pouvait donc pas en avoir connaissance, d'autres potentiels projets d'investissement ont été révélés comme la création d'une nouvelle ligne de tramway dans la troisième ville du pays, Guadalajara (6), ou encore la création d'un nouvel aéroport (7).

Revenons maintenant sur le plan de la corruption car lui aussi n'est pas épargné par cette incomplétude. Dans l'article, il est fait mention du plafonnement des salaires des fonctionnaires, via l'alignement sur celui du président, et du rabais de 60% du salaire de président. En revanche, il n'est pas fait état de la forte opposition des hauts serviteurs de la justice du pays vis-à-vis de cette mesure (8). Il aurait été aussi intéressant de faire état de la forte opposition dont fait aussi preuve la Coordinadora Nacional de Trabajadores de la Educación (CNTE), syndicat soit-disant progressiste proche du PRI, vis-à-vis de l'abrogation complète de la réforme néo-libéral de l'éducation mise en place par Peña Nieto, allant jusqu'à bloquer le fonctionnement de la chambre des députés (9). Il est toutefois fait état d'une inquiétude par rapport au discours que tient AMLO sur les médias, ce qui est d'une naïveté touchante quand on sait l'état de la presse écrite et audiovisuelle mexicaine. En effet, Reporters sans frontières (RSF), dans son classement mondial 2018 sur la liberté de la presse, a attribué la 147ème place sur 180 au Mexique. Les médias mexicains ne sont pas libres et jouent, en réalité, un rôle de propagandiste comme on peut le voir :

  1. avec cet extrait d'archive de la police secrète, ouverte en 2000, “La propagande politique doit utiliser tous les moyens de communication – les mots écrits pour les lettrés, les images graphiques, les utilisations audiovisuelles de la radio, de la télévision et du cinéma pour les moins instruits – [ainsi] nous pourrons concevoir un monde dominé par une tyrannie invisible qui adoptera la forme extérieure d’un gouvernement démocratique »(Archives générales de la nation (AGN), fonds de la direction générale de recherches politiques et sociales (DGIPS), boîte 2998/A.)

  2. avec les faits suivants : le président Peña Nieto s'était marié, peu avant le début de sa campagne électorale, avec Angélica Rivera Hurtado, actrice phare de la série “La Gaviota”, passant sur la principale chaîne du pays Televisa, qu'il lui avait fait construire, une fois au pouvoir, une magnifique villa avec les deniers publics et que, malheureusement, le divorce a suivi peu après la fin de la présidence Peña Nieto, l'amour n'ayant sans doute pas résisté à l'épreuve que constitue l'exercice présidentiel.

  3. dans le film “La dictadura perfecta”.

Les médias constituent un rouage essentiel dans le système-corruption mexicain. Par ailleurs, il est regrettable que l'auteure n'a pas mentionné que le document qu'a signé AMLO, l'engageant à ne pas se représenter en 2024, conformément à la constitution mexicaine, contenait aussi une clause dans laquelle il s'engage à faire une consultation populaire à mi-mandat sur sa gestion du pays et que, si la majorité des citoyens trouve que sa gestion est mauvaise, il s'engage à démissioner ; que le Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC), qui, couplé à un bon contre-pouvoir médiatique, pourrait constituer un formidable outil de lutte contre la corruption, a été adopté à l'initiative de Morena (10) ; qu'aucune justification de l'impartialité des personnalités mexicaines interrogées ne soit présente dans l'article car, dès lors, on peut douter de leurs intentions à dire la vérité : le système-corruption mexicain impose cette rigueur supplémentaire.

Enfin, on pourra regretter que la question indigène, dont le bon traitement de celle-ci permettra d'apaiser le pays et à laquelle AMLO tente d'apporter une réponse (11), ne soit pas abordée, ni la question des mouvements populaires de soutien à la politique de AMLO (12).

Le Mexique constitue un sujet très intéressant en soi, mais pas que. Il constitue aussi une tentative de réponse à une question que toute la gauche française se pose actuellement, à l'heure où le gouvernement Macron applique avec un autoritarisme sans aucune mesure précédente une politique néo-libéral des plus destructrices de la République française et où il rend la corruption norme : Que faire une fois au pouvoir ? La quatrième transformation, pour reprendre l'expression de AMLO servant à désigner la politique qu'il applique, du Mexique mérite donc bien plus que l'incomplet article “Au Mexique, les méthodes inédites du nouveau président” et c'est une tâche, je l'espère, que Mediapart saura réaliser.

Julien Trevisan

*Rappelons à cet effet que, depuis la fin de la Révolution mexicaine (1910-1921), le pouvoir a toujours été dans les mains du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI), à l'exception de la période 2000-2012 où il a été dans les mains du Parti Action Nationale (PAN), et que ces deux partis sont d'essence conservatrice.

 

 

 

  1. : https://www.businessinsider.fr/us/ap-ap-exclusive-anti-maduro-coalition-grew-from-secret-talks-2019-1

  2. : https://www.france24.com/en/20190130-mexico-spain-call-venezuela-crisis-talks

  3. : https://www.monde-diplomatique.fr/2019/03/BUXTON/59646

  4. : https://www.proceso.com.mx/561830/amlo-a-la-jornada-la-reforma-energetica-de-pena-fue-una-farsa

  5. : https://www.forbes.com.mx/exclusiva-este-es-el-plan-energetico-de-amlo-si-gana-la-presidencia/

  6. : https://www.jornada.com.mx/ultimas/2019/04/05/supervisa-amlo-construccion-de-linea-3-de-tren-ligero-en-guadalajara-3193.html

  7. : https://www.jornada.com.mx/ultimas/2019/03/31/analizara-amlo-construir-un-aeropuerto-en-la-huasteca-potosina-9172.html

  8. : https://www.nytimes.com/2018/12/21/world/americas/mexico-lopez-obrador.html

  9. : https://www.jornada.com.mx/ultimas/2019/03/21/reabre-camara-de-diputados-tras-levantarse-planton-de-cnte-359.html

    (10) : https://www.eluniversal.com.mx/nacion/politica/diputados-avalan-revocacion-de-mandato-y-consulta-popular

    (11) : https://www.lajornadamaya.mx/2019-03-25/Solicita-AMLO-al-Rey-de-Espana-que-se-disculpe-por-abusos-en-la-conquista

    (12) : https://vanguardia.com.mx/articulo/simpatizantes-de-amlo-marchan-en-la-cdmx-para-apoyar-la-lucha-antihuachicol

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale